La Gazette du Brevet des Provinces Françaises N° 23
Hiver 2021-2022

Vers des jours meilleurs ?

Les différentes périodes de contraintes et de frustrations en touts genres, suivies de restrictions de déplacement diverses et variées, ont forcément impacté notre activité en général, et la fréquentation du BPF en particulier.

Les incantations, imprécations et autres voeux pieux n’y font rien, le virus est toujours là, le distanciel perdure, et ceux qui se réjouissaient trop vite de jeter aux orties gel et masques vont devoir encore attendre… un certain temps ! Il ne faut pas crier victoire trop tôt, ce virus est malicieux, adaptatif et tenace. On ne s’en débarrassera pas aussi vite.

Le vaccin et le pass auront permis de diminuer l’impact d’une quatrième vague, puis d’une cinquième, qui, sans ces mesures, auraient provoqué un confinement supplémentaire, en plein été, durant les mois de juillet et août, et un autre au moment des fêtes de fin d’année. Inutile de préciser que nos activités pédalantes, puis festives, en auraient été fortement impactées. 
Il reste à espérer que la situation s’améliore avec les mesures efficaces que permettra la recherche scientifique, que ce virus finisse enfin par s’épuiser et que, petit à petit, nous retrouvions enfin une vie et une pratique quasiment normales.
Il y aura sans doute quelques péripéties d’ici là !

Vous aurez noté que la Gazette du BPF devient la Gazette du BCN & du BPF. Le nouveau délégué fédéral au Brevet de Cyclotouriste National, Jean-Marc Lefèvre, animé par l’enthousiasme qui caractérise les débuts de mandats, viendra animer une rubrique dans la Gazette.

 

Lauréats au BPF millésime 2021 *

668

LOIRE Jean-Claude

UC Littoral Nord

669

HUSTINGS Nicolas

ACE Troyes

670

HEUDELOT Françoise

Brie-Gâtinais CT

671

RAUDIN Michel

Charmoy C.

672

VIDALIE Chantal

CC Pornichet

673

VIDALIE Gilbert

CC Pornichet

674

MAILLARD Jean-Marie

AL Toul

675

LAJUS Bernadette

CC Arzacquois

676

LAJUS Marcel

CC Arzacquois

677

DOMINIQUE Olivier

CC Clunysois

678

BEAU Michel

VC Sancéen

679

BRUNET Jeannine

MI – 045

680

BRUNET Christian

MI – 045

 

Lauréats au BCN millésime 2021 *

1188

RENAULT Alain

CC Gradignan

1189

LEDUC Gilles

MSD Chartres Cyclo

1190

CAILLÈ Nadège

CR Ballanais

1191

CAILLÈ Bernard

CR Ballanais

1192

PICHARD Robert

Bonnières Cyclo

1193

POIRIER Gilbert

Bonnières Cyclo

1194

COURCOUX Serge

TP Gardéen

1195

MIQUEL Michelle

AC Mizérieux

1196

MIQUEL Gérard

AC Mizérieux

1197

MENARD Christian

CC Montebourg

1198

SCHOREELS Charline

CR Liévinois

1199

LAGARDE-VIDEAU Sylvie

MI 99086

* Ayant été homologués entre le 1er octobre 2019 et le 30 septembre 2020.

 

Lauréats par provinces (année 2021)

 

ALSACE

 
       

1582

MARCADON Max

85

UC Touraine

1583

AYMONIN Jean-Claude

2206

CC Pontarlier

1584

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

1585

PRO Michel

6384

C Cent Cols

1586

VIDALIE Chantal

3915

CC Pornichet

1587

GIRARDOT Thomas

MI – 010

 

1588

CHAUVET Stéphane

3469

Véloxygène

1589

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

1590

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1591

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

 

 

ANJOU

 
       

2346

SERVOZ Jean-Louis

3206

ASPTT Le Havre

2347

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

2348

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

2349

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

2350

TESSIER Pascale

85

UC Touraine

2351

LEFORT Jean-Luc

2589

UC Veigné

2352

PRO Michel

6384

C Cent Cols

2353

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

2354

SALGADO Lionel

47

CC du Vexin

2355

GRUEZ Martine

2496

R Estairois

2356

GRUEZ Gérard

2496

R Estairois

2357

AUSSILLOU Bernard

6407

Les Déjantés

 

 

ARTOIS

 
       

2577

BITCHE Raymond

3912

Cyclorrigeois

2578

DULMET Odile

3434

Bleuets du Meu

2579

RENOU Joël

1900

C Herbretais

2580

GUILLAUD-BACHET Alain

6384

C Cent Cols

2581

WEIBERG Raphaël

5138

CC Sausheim

2582

NOEL Laurent

1101

CL Evreux

2583

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

2584

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

2585

LOUST Myriam

MI – 080

 

2586

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

2587

YAHIAOUI Djamila

708

CR Havrais

2588

HEROUARD Raymond

708

CR Havrais

2589

BOURHIS Marie-Louise

708

CR Havrais

2590

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

2591

PAILLOT Arnaud

3704

St Doulchard Cyclo

 

 

AUNIS-SAINTONGE

 
       

1534

PENAUD Guillaume

154

CT Yonnais

1535

CAZALIERES Jean-François

7152

Vierzon RL

1536

CAZALIERES Pierre

7152

Vierzon RL

1537

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

1538

LANGLOIS Claudine

6453

COMC La Châtre

1539

ROEGIERS-CULLUS Brigitte

3990

ACT Montivilliers

1540

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

1541

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1542

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

1543

CARRE Marie-Hélène

6570

BV2R Cyclos

1544

ETIENNE Daniel

5961

CC Bon Encontre

1545

PRO Michel

6384

C Cent Cols

1546

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1547

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

1548

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1549

GRUEZ Martine

2496

R Estairois

1550

GRUEZ Gérard

2496

R Estairois

1551

MARANDON Jean-Claude

868

VC Annecy

1552

BOUDET Philippe

6324

UC Ignymontaine

1553

GAGNON Patrick

2685

R Vallée du Clain

1554

VERLEYE Claude

2796

CC Gradignan

 

 

AUVERGNE

 
       

1287

PENAUD Guillaume

154

CT Yonnais

1288

BESSON Michèle

689

C Demi Siècle

1289

BONNIN Jacques

689

C Demi Siècle

1290

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1291

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1292

RAUDIN Michel

4670

Charmoy C

1293

LEGRAIN Jean-Marie

8002

RL Nivelloise

1294

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

1295

BOCH Gilbert

4297

CC Wasselonne

1296

JAM Marie

902

GC Brestois

1297

ROEGIERS-CULLUS Brigitte

3990

ACT Montivilliers

 

 

BEARN

 
       

1827

HEULIN Antoine

MI – 031

 

1828

FILLION Thierry

2739

Toulouse OA

1829

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1830

MEIGNAN Marie-Laure

7054

CC Mayennais

1831

MEIGNAN Patrick

7054

CC Mayennais
1832

GUILLAUD-BACHET Alain

6384

C Cent Cols

1833

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1834

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1835

PRO Michel

6384

C Cent Cols

1836

PLAISANCE Christophe

MI – 031

 
1837

CAILLE Nadège

1601

CR Ballanais

1838

CAILLE Bernard

1601

CR Ballanais

 

 

BERRY

 
       

1547

HEULIN Antoine

MI – 031

 

1548

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1549

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1550

GOUY Daniel

4625

CC Fabrègues

1551

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

1552

BERTELLI Jean-Claude

719

CC Caussadois

1553

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1554

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1555

DESMOINEAUX Pascal

931

CR Briviste

1556

ROEGIERS-CULLUS Brigitte

3990

ACT Montivilliers

1557

MOTELAY Denis

3206

ASPTT Le Havre

1558

CARRE Marie-Hélène

6570

BV2R Cyclos

1559

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

1560

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

1561

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

1562

PRO Michel

6384

C Cent Cols

1563

FLAHAUT Alain

4800

AC Pavillaise

1564

SENE Christian

1186

E Gisorsienne

1565

GAGNON Patrick

2685

R Vallée du Clain

 

 

BOURBONNAIS

 
       
2026

HEULIN Antoine

MI – 031

 
2027

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

2028

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

2029

SCHWARTZ Philippe

7817

CC Kingersheim

2030

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

3031

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

3032

BERTELLI Jean-Claude

719

CC Caussadois

3033

GOUY Daniel

4625

CC Fabrègues

3034

LEBLOND Bernadette

581

CR Liévin

3035

LEBLOND Bernard

581

CR Liévin

3036

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

3037

CAILLET Philippe

4451

CCM St Germain Tournebut

3038

BOCHARD Marie-France

2871

C Mauriennais

3039

BOCHARD Gérard

2871

C Mauriennais

3040

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

3041

PLOUVIEZ Michèle

581

CR Liévin

3042

PLOUVIEZ Michel

581

CR Liévin

3043

LAFOREST Chantal

2712

CC Bourbon Lancy

3044

LAFOREST Bernard

2712

CC Bourbon Lancy

3045

DUFOUR Jacqueline

6755

VC Sancéen

3046

DUFOUR Serge

6755

VC Sancéen

3047

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

3048

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

3049

PRO Michel

6384

C Cent Cols

3050

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

3051

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

3052

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

3053

TURPIN Isabelle

6897

VC Montrabéen

3054

TURPIN Gérard

6897

VC Montrabéen

3055

KRAFFT Chantal

3793

ACT Ostwald

3056

KRAFFT Philippe

3793

ACT Ostwald

3057

MOTELAY Denis

3206

ASPTT Le Havre

 

 

BOURBONNAIS

 
       
1053

SCHWARTZ Philippe

7817

CC Kingersheim

1054

CHAUSSADE Jean-Pierre

MI – 078

 
1055

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

1056

BOURGOIS Laurent

5626

TP Gardéen

1057

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1058

GREZE Maxime

841

Abeille de Rueil

1059

DIDELOT Catherine

1741

ASPTT Nancy

1060

VIDALIE Chantal

3915

CC Pornichet

1061

VIDALIE Gilbert

3915

CC Pornichet

1062

RENAUDIN Guy

1741

ASPTT Nancy

1063

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

1064

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

1065

MARANDON Jean-Claude

868

VC Annecy

1066

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

1067

DESMOINEAUX Pascal

931

CR Briviste

 

 

BRETAGNE

 
       

1339

DUBOIS Bernard

101

URFA Lille

1340

SCHWARTZ Philippe

7817

CC Kingersheim

1341

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

1342

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

1343

FARDOUX Gilles

1709

AS St-Omer

1344

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1345

VENHARD Michelle

7578

AC Morigny Champigny

1346

LESCOUEZEC Jean-Pierre

7578

AC Morigny Champigny

1347

PORTE Maurice

6860

RA Aquitains

1348

COURT Hubert

6384

C Cent Cols

1349

LAJUS Bernadette

1242

CC Arzacquois

1350

LAJUS Marcel

1242

CC Arzacquois

1351

CHAUSSADE Jean-Pierre

MI – 036

 
1352

LINDET Michel

708

CR Havrais

1353

COTE DES COMBES Michel

2388

ES St-Pathus-Oissery

1353

GRELIER Fabien

884

US St Herblain

1353

MABILLOT Francine

6384

C Cent Cols

1353

MABILLOT Claude

6384

C Cent Cols

 

 

CHAMPAGNE

 
       
1095

MARCADON Max

85

UC Touraine

1096

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1097

BAYARD Gérard

3434

Bleuets Le Meu

1098

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

1099

BOURGOIS Laurent

5626

TP Gardéen

1100

BRUNET Jeannine

MI – 045

 
1101

BRUNET Christian

MI – 045

 
1102

DABILLY Brigitte

2685

R Vallée du Clain

1103

DABILLY Jean-Pierre

2685

R Vallée du Clain

1104

PARAZ Régis

1962

C Yennois

1105

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1106

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

 

Halte à Bourbonne-les-Bains, CPF 3. Bpf de Haute-Marne, Province de Champagne.© J.L ROUGIER.

 

 

COMTAT VENAISSIN

 
       
2841

SCHWARTZ Philippe

7817

CC Kingersheim

2842

GOUY Daniel

4625

CC Fabrègues

2843

GODELU Sylviane

3367

ES Albinienne

2844

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

2845

RICHARD François

2038

MSD Chartres

2846

GUEGAN Dominique

2038

MSD Chartres

2847

AZZINI Claudine

2038

MSD Chartres

2848

NOEL Laurent

1101

CL Evreux

2849

LEGRAIN Jean-Marie

8002

RL Nivelloise

2850

COURT Hubert

6384

C Cent Cols

2851

TREMOULET Marc

5055

CC Castres

2852

CHABBER Brigitte

5055

CC Castres

2853

PASCAREL Roger

5055

CC Castres

2854

VOLA Alain

5055

CC Castres

2855

RAYSSAC Christel

5055

CC Castres

2856

ALIBERT Jacques

5055

CC Castres

2857

GARRIGUES Christian

5055

CC Castres

2858

PETIT Bernard

5055 CC Castres
2859

MAZURIER Martine

2589

UC Veigné

2860

GRUEZ Martine

2496

R Estairois

2861

GRUEZ Gérard

2496

R Estairois

 

 

COMTE DE FOIX

 
       
1960

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1961

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1962

MULET Annick

1101

CL Evreux

1963

GOSCIANSKI Michel

1101

CL Evreux

1964

BOURGAULT Joël

13

UC Toulouse

1965

MAREST Armel

3362

CC Courcouronnes

1966

MENARD Nicole

4451

CC Montebourg

1967

MENARD Christian

4451

CC Montebourg

1968

PEZET Christian

5055

CC Castres

1969

MONBRUN Alain

5055

CC Castres

1970

PARAZ Régis

1962

C Yennois

1971

GOUY Daniel

4625

CC Fabrègues

1972

EXARE Jean-Luc

1494

VSOP Ozoir

1973

LAVANDIER Gilles

7211

CMOB Cyclotourisme

1974

COCHEZ Patrick

3362

CC Courcouronnes

1975

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

 

 

COMTE DE NICE

 
       
1405

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1406

LECOMTE Isabelle

4004

ARC Amboisiens

1407

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

1408

CINTRAT Maryse

2038

MSD Chartres

1409

CINTRAT Louis

2038

MSD Chartres

1410

MERLIER Christian

3024

ASPTT Dieppe

1411

LETTERMANN Jacques

5138

CC Sausheim

1412

PARAZ Régis

1962

C Yennois

 

 

COMTE DE CORSE

 
       
2898

MOTTE Alain-Joseph

599

Nord Touriste

2899

BOUTET André

4769

CC Trouy

2900

LOISEAU Daniel

4769

CC Trouy

2901

CAILLOU Guy

7152

Vierzon RL

2902

BARRAIS Roland

4232

RC Ernée

2903

DESMOINEAUX Pascal

931

CR Briviste

 

 

COMTE DAUPHINE

 
       
1014

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1015

CINTRAT Maryse

2038

MSD Chartres

1016

CINTRAT Louis

2038

MSD Chartres

1017

RONDELAERE Daniel

1746

CR Haubourdin

 

 

COMTE FLANDRES

 
       
2099

BITCHE Raymond

3912

Cyclorrigeois

2100

DULMET Odile

3434

Bleuets du Meu

2101

CAZALIERES Jean-François

7152

Vierzon RL

2102

CAZALIERES Pascale

7152

Vierzon RL

2103

PASQUIER Danielle

7152

Vierzon RL

2104

RENOU Joël

1900

C Herbretais

2105

NOEL Laurent

1101

CL Evreux

2106

FLUMIGNAN Didier

3977

CC Gournay/Marne

2107

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

2108

PRO Michel

6384

C Cent Cols

2109

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

 

 

FRANCHE COMTE

 
       
1138

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

1139

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

1140

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1141

RENAUDIN Guy

1741

ASPTT Nancy

1142

DIDELOT Catherine

1741

ASPTT Nancy

1143

DABILLY Brigitte

2685

R Vallée du Clain

1144

DABILLY Jean-Pierre

2685

R Vallée du Clain

1145

VIDALIE Chantal

3915

CC Pornichet

1146

VIDALIE Gilbert

3915

CC Pornichet
1147

WATTEL Gilbert

1

GT Rouen

1148

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1149

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

1150

MOTELAY Denis

3206

ASPTT Le Havre

 

 

GASCOGNE

 
       
988

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

989

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

990

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

991

SOULABAIL Guy

1344

ASBE Bonnières

992

RENOU Joël

1900

C Herbretais

993

MEIGNAN Marie-Laure

7054

CC Mayennais

994

MEIGNAN Patrick

7054

CC Mayennais

995

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

996

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

997

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

998

HUSTINGS Nicolas

5937

ACE troyes

999

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1000

JAM Marie

902

GC Brestois

1001

CAILLE Nadège

1601

CR Ballanais

1002

CAILLE Bernard

1601

CR Ballanais

1003

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

 

 

GUYENNE

 
       
962

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

963

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

964

DEWILDE Fernand

MI – Belge

 
965

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

966

CAILLE Nadège

1601

CR Ballanais

967

CAILLE Bernard

1601

CR Ballanais

968

ROEGIERS-CULLUS Brigitte

3990

ACT Montivilliers

 

 

GASCOGNE

 
       
988

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

989

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

990

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

991

SOULABAIL Guy

1344

ASBE Bonnières

992

RENOU Joël

1900

C Herbretais

993

MEIGNAN Marie-Laure

7054

CC Mayennais

994

MEIGNAN Patrick

7054

CC Mayennais

995

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

996

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

997

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

998

HUSTINGS Nicolas

5937

ACE troyes

999

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1000

JAM Marie

902

GC Brestois

1001

CAILLE Nadège

1601

CR Ballanais

1002

CAILLE Bernard

1601

CR Ballanais

1003

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

 

 

ÎLE-DE-FRANCE

 
       
1385

RENOU Joël

1900

C Herbretais

1386

GERVREAU Yannick

MI – 028

 
1387

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1388

MOINDRAULT Patrick

MI – 093

 
1389

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1390

DABILLY Brigitte

2685

R Vallée du Clain

1391

DABILLY Jean-Pierre

2685

R Vallée du Clain

1393

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

1393

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

1394

REHEL Denis

7054

CC Mayennais

1395

AUSSILLOU Bernard

6407

Les Déjantés

1396

PAILLOT Arnaud

3704

St Doulchard Cyclo

1397

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

1398

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

 

 

LANGUEDOC

 
       
861

HEULIN Antoine

MI – 031

 
862

LOIRE Jean-Claude

1325

UCLN Dunkerque

863

CAILLE Nadège

1601

CR Ballanais93

864

CAILLE Bernard

1601

CR Ballanais

865

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

866

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

867

CANTON Michel

5055

CC Castres

868

RAUDIN Michel

4670

Charmoy C

869

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

870

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

871

GOUY Daniel

4625

CC Fabrègues

872

SAUTER Anne

5288

CAC Orcet

873

TAUSSERAT Richard

3977

CC Gournay

874

FAUCONNIER Claudine

2038

MSD Chartres

875

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

 

 

LIMOUSIN

 
       
1229

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1230

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1231

MORISSE Marie-Rose

3974

CDC Dieppe

1232

BERTELLI Jean-Claude

719

CC Caussadois

1233

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

1234

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

1235

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1236

MOINDRAULT Patrick

MI – 093

 
1237

BERNARDIN Annie

372

Charnay C

1238

BERNARDIN Annie

372

Charnay C

1239

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1240

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

1241

BRAVO Mario

1720

ACTF Guebwiller

1242

ETIENNE Daniel

5961

CC Bon Encontre

1243

LAVANDIER Gilles

7211

CMOB Cyclotourisme

1244

LEGRAIN Jean-Marie

8002

RL Nivelloise

1245

HEUDELOT Françoise

930

Brie-Gâtinais C

1246

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

1247

JAM Marie

902

GC Brestois

 

 

LORRAINE

 
       

1119

ANDRE Bernard

4183

Arras CT

1120

MARCADON Max

85

UC Touraine

1121

TEINTURIER Philippe

1895

CL Haguenau

1122

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1123

LEGAL Patrice

6922

C Brevets de France

1124

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

1125

DABILLY Brigitte

2685

R Vallée du Clain

1126

DABILLY Jean-Pierre

2685

R Vallée du Clain

1127

CHAUVET Stéphane

3469

Véloxygène

1128

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1129

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

1130

BRUNET Jeanne

MI – 045

 
1131

BRUNET Christian

MI – 045

 

 

La Recevresse, cathédrale d’Avioth, BPF 55, Province de Lorraine.

 

 

LYONNAIS

 
       
1302

HEULIN Antoine

MI – 031

 
1303

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1304

BALDELLON René

5358

CC Vias

1305

CANTON Michel

5055

CC Castres

1306

CAILLET Philippe

4451

CCM St Germain Tournebut

1307

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

1308

RAUDIN Michel

4670

Charmoy C

1309

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1310

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

1311

DELEPORTE Jean-Pierre

824

US Nogentaise

1312

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

1313

MONTIER Monique

3690

Lavaur CT

1314

MONTIER Charles

3690

Lavaur CT

 

 

MAINE

 
       
1503

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

1504

CHAUVET Stéphane

3469

Véloxygène

1505

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

1506

MEIGNAN Marie-Laure

7054

CC Mayennais

1507

MEIGNAN Patrick

7054

CC Mayennais

1508

LANGLOIS Claudine

6453

COMC La Châtre

1509

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1510

GUICHARD Laurence

2895

AS Fyé

1511

SENE Christian

1186

E Gisorsienne

1512

MOTELAY Denis

3206

ASPTT Le Havre

1513

LEDUC Gilles

2038

MSD Chartres

1514

CARRE Marie-Hélène

6570

BV2R Cyclos

1515

GRUEZ Martine

2496

R Estairois

1516

GRUEZ Gérard

2496

R Estairois

1517

VERGNES Eric

7795

Albi CT

 

 

MARCHE

 
       
1553

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1554

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1555

MORISSE Marie-Rose

3974

CDC Dieppe

1556

BERTELLI Jean-Claude

719

CC Caussadois

1557

CAZALIERES Pierre

7152

Vierzon RL

1558

CAZALIERES Pascale

7152

Vierzon RL

1559

PASQUIER Danielle

7152

Vierzon RL

1560

PICHARD Robert

1344

ASBE Bonnières

1561

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

1562

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1563

HOUOT Jean-Luc

1712

CR Thonon

1564

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1565

BOCHARD Marie-France

2871

C Mauriennais

1566

BOCHARD Gérard

2871

C Mauriennais

1567

BERNARDIN Annie

MI – 071

 
1568

BERNARDIN René

MI – 071

 
1569

ETIENNE Daniel

5961

CC Bon Encontre

1570

LEBOUCHER Philippe

MI – 056

 
1571

QUEINNEC Daniel

2038

MSD Chartres

1572

JAM Marie

902

GC Brestois

1573

PAILLOT Arnaud

3704

St Doulchard Cyclo

 

 

NIVERNAIS

 
       
1837

HEULIN Antoine

MI – 031

 
1838

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1839

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1840

SCHWARTZ Philippe

7817

CC Kingersheim

1841

FLAHAUT Alain

4800

AC Pavillaise

1842

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1843

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

1844

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

1845

CAZALIERES Jean-François

7152

Vierzon RL

1846

PASQUIER Danielle

7152

Vierzon RL

1847

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1848

LEBLOND Bernadette

581

CR Liévin

1849

LEBLOND Bernard

581

CR Liévin

1850

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1851

ROEGIERS-CULLUS Brigitte

3990

ACT Montivilliers

1852

PLOUVIEZ Michèle

581

CR Liévin

1853

PLOUVIEZ Michel

581

CR Liévin

1854

QUEINNEC Daniel

2038

MSD Chartres

1855

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

1856

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

1857

MAZURIER Martine

2589

UC Veigné

1858

CHAREYRON Bernard

7061

ATSCAF Rhône

1859

BOCH Gilbert

4297

CC Wasselonne

1860

LAFOREST Chantal

2712

CC Bourbon Lancy

1861

LAFOREST Bernard

2712

CC Bourbon Lancy

 

 

NORMANDIE

 
       
1277

DUBOIS Bernard

101

URFA Lille

1278

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

1279

RENOU Joël

1900

C Herbretais

1280

MORISSE Marie-Rose

3974

CDC Dieppe

1281

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1282

MOUEZY François

7054

CC Mayennais

1283

ROUGIER Caroline

MI – 024

 
1284

ROUGIER Jean-Louis

MI – 024  
1285

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1286

LEGAL Patrice

6922

C Brevets de France

1287

FAUCONNIER Claudine

2038

MSD Chartres

1288

REHEL Denis

7054

CC Mayennais

1289

DOMINIQUE Olivier

3272

CC Clunysois

1290

FAUCHEUX Françoise

2956

CT Availles

1291

FAUCHEUX Jacky

2956

CT Availles

1292

GRUEZ Martine

2496

R Estairois

1293

MARANDON Jean-Claude

868

VC Annecy

1294

LEMOINE Joël

1101

CL Evreux

1295

BROUSSE Chantal

694

CSC Dijon

1296

BROUSSE Jean-Marie

694

CSC Dijon

1297

AUSSILLOU Bernard

6407

Les Déjantés

1298

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

1299

DESMOINEAUX Pascal

931

CR Briviste

1300

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

1301

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

 

Blangy-le-Château, BPF 14, Province de Normandie © G. GOURMELEN.

 

 

ORLEANAIS

 
       
1515

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

1516

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1517

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

1518

GUEGAN Dominique

2038

MSD Chartres

1519

SENE Christian

1186

E Gisorsienne

1520

GHAFFARZADEH Astrid

300

ACB Est

1521

TESSIER Pascale

85

UC Touraine

1522

PROTON Romain

47

CC du Vexin

1523

DE RUDDER – BONNEL Joëlle

6384

C Cent Cols

1524

DE RUDDER Robert

6384

C Cent Cols

1525

PRO Michel

6384

C Cent Cols

1526

HEROUARD Raymond

708

CR Havrais

1527

BOURHIS Marie-Louise

708

CR Havrais

1528

SALGADO Lionel

47

CC du Vexin

1529

BROUSSE Chantal

694

CSC Dijon

1530

BROUSSE Jean-Marie

694

CSC Dijon

1531

AUSSILLOU Bernard

6407

Les Déjantés

 

 

PICARDIE

 
       
2384

BITCHE Raymond

3912

Cyclorrigeois

2385

DULMET Odile

3434

Bleuets du Meu

2386

RENOU Joël

1900

C Herbretais

2387

FERRAND Régine

868

VC Annecy

2388

LEBLOND Bernadette

581

CR Liévin

2389

LEBLOND Bernard

581

CR Liévin

2390

MOUEZY François

7054

CC Mayennais

2391

GUILLAUD-BACHET Alain

6384

C Cent Cols

2392

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

2393

WEIBERG Raphaël

5138

CC Sausheim

2394

NOEL Laurent

1101

CL Evreux

2395

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

2396

BEAU Michel

6755

VC Sancéen

2397

MARANDON Jean-Claude

868

VC Annecy

2398

AUSSILLOU Bernard

6407

Les Déjantés

 

 

POITOU

 
       
1363

PEYROL Dominique

719

CC Caussadois

1364

NICOLAS Jacky

7597

UV Fresnoise

1365

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

1366

LEBESLE Georges

MI – 072

 
1367

MONZIE Jean-Pierre

2201

ASPTT Périgueux

1368

LEBOUCHER Philippe

MI – 056

 
1369

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1370

CLARISSE Lucile

4069

CR Crépy

1371

BOUDET Philippe

6324

UC Ignymontaine

1372

FERE Marie-France

5010

RC Caudebec-lès-Elbeuf

1373

FERE Daniel

5010

RC Caudebec-lès-Elbeuf

1374

LEFORT Jean-Luc

2589

UC Veigné

1375

VERGNES Eric

7795

Albi CT

1376

MOTELAY Denis

3206

ASPTT Le Havre

 

 

PROVENCE

 
       
1058

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1059

POIRIER Gilbert

1344

ASBE Bonnières

1060

CINTRAT Maryse

2038

MSD Chartres

1061

CINTRAT Louis

2038

MSD Chartres

1062

BERNARDIN René

372

Charnay C

1063

MARY Jean-Pierre

85

UC Touraine

1064

PARAZ Régis

1962

C Yennois

 

 

ROUSSILLON

 
       
1453

RENOU Joël

1900

C Herbretais

1454

MULET Annick

1101

CL Evreux

1455

GOSCIANSKI Michel

1101

CL Evreux

1456

MIQUEL Michèle

4634

AC Mizérieux

1457

MIQUEL Gérard

4634

AC Mizérieux

1458

LEGAL Patrice

6922

C Brevets de France

1459

RAUDIN Michel

4670

Charmoy C

1460

PEZET Christian

5055

CC Castres

1461

PELISSOU Aline

5055

CC Castres

1462

TREMOULET Marc

5055

CC Castres

1463

CHABBER Brigitte

5055

CC Castres

1464

VOLA Alain

5055

CC Castres

1465

ALIBERT Jacques

5055

CC Castres

1466

PARAZ Régis

1962

C Yennois

1467

BILLET Jean-Pierre

692

C Caladois

1468

BOCH Gilbert

4297

CC Wasselonne

1469

MALIVOIR Marie-Antoinette

3693

AL Toul

 

 

SAVOIE

 
       
1219

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

1220

BERNARDIN René

372

Charnay C

1221

CHAUSSADE Jean-Pierre

MI – 036

 
1222

COMBELLE Christophe

73

CVM Aurillac

1223

CROUZET Jacqueline

6384

C Cent Cols

1224

CROUZET Michel

6384

C Cent Cols

 

 

TOURAINE

 
       
2740

HEULIN Antoine

MI – 031

 
2741

SAVOUROUX Fabien

6384

C Cent Cols

2742

MEIGNAN Marie-Laure

7054

CC Mayennais

2743

MEIGNAN Patrick

7054

CC Mayennais

2744

GARNIER Jean-Marie

2038

MSD Chartres

2745

SOUBRIER Eric

4585

FJ Champhol CT

2746

LANGLOIS Claudine

6453

COMC La Châtre

2747

BURIEZ Colette

599

Nord-Touriste

2748

PERROTIN Jean-François

MI – 077

 
2749

GELDREICH Hubert

1895

R Hagueneau

2750

AFFRES Bertrand

3123

CTV Sceaux

2751

ORSAT Aurélie

1465

RC du Loir

2752

MAILLARD Jean-Marie

3693

AL Toul

2753

SALGADO Lionel

47

CC du Vexin

2754

ROYER Nathalie

1

GT Rouennais

2755

DESMOINEAUX Pascal

931

CR Briviste

 

 

RÉUNION

 
       
  Pas de lauréats.    

 

Prats-de-Mollo, BPF 66, Province du Roussillon © J.L ROUGIER.

 

 

LA FABULEUSE HISTOIRE DU BCN

C’est le premier Brevet de Tourisme à Bicyclette créé en 1943, et c’est qu’en 1944 qu’il a été proposé aux membres de la Fédération pour la première fois.

Un inspirateur puis un créateur.

Dans les années 30, Paul Chédeville (Cyclotouriste et Randonneur, créateur de L’URP (Union des Randonneurs Picards d’Amiens, membre du conseil d’administration de la FFSC) annonçait avoir « Toute La France Dans Les Jambes » c’est-à-dire qu’il avait roulé dans tous les départements Français.

 

André Schoup (cyclotouriste assez solitaire, poète, philosophe), séduit par cette formule, suivit les traces de Paul Chédeville et le 28 août 1937 pouvait lui aussi annoncer qu’il avait TLFDLJ (comprenez « Toute la France dans les jambes »). De cette expérience, l’idée de la création d’un grand Brevet de pur tourisme à Vélo germa dans sa tête, il souhaitait faire profiter l’ensemble des Cyclotouristes de la FFSC de cette expérience. Malheureusement la guerre mit le projet en sommeil… En 1943, André Schoup propose son idée de Brevet de Cyclotourisme National. Elle est accueillie favorablement par la FFCT. Début 1944 marquera le lancement officiel du BCN, qui rencontre aussitôt un vif intérêt. André Schoup (photo ci-contre) gérera le BCN durant quelques années. Né en 1899, il décédera en 1961.

Au début, le règlement prévoyait une durée de 15 ans pour le réaliser, cet article fut supprimé pour éviter que le BCN tourne à la compétition. Il sera même stipulé qu’il ne peut être terminé en moins de 2 ans ! Ce point sera enlevé, laissant toute latitude pour accomplir son brevet. J’ai découvert au cours de mes recherches pour rédiger cet article, qu’au lancement du BCN, les participants étaient dénommés « Les Bécénistes ».

 

1199 lauréats.

Le premier Lauréat de ce prestigieux brevet est André Asteix en 1947, du club SC Belleville. 3 ans seulement pour recueillir l’intégralité des tampons souvenirs de chaque département de notre pays. À ce jour (30/09/2021) 1199 cyclos et cyclotes ont terminé et homologué leur BCN. 1199 lauréats en 77 ans soit 15 lauréats en moyenne par an, c’est peu. Mais cela reflète bien la difficulté pour mener à son terme ce brevet. Recueillir 91 tampons, 1 par département dont 3 en région Parisienne ( 78 ; 91 ; 95) n’est pas simple, cela représente de nombreux kilomètres, mais quel bonheur, quelle joie quand on s’approche du but, quand on reçoit son diplôme et son trophée (offert par la fédé !).

 

 

 

 

Une carte de route de… 1953 !

 

Sur le cahier de suivi des homologations on peut lire des noms bien connus dans notre fédération, comme par exemple le Lauréat N° 11 Maurice Roche (son nom sera associé au BPF), Le N° 22 c’est Michel Haupais auteur d’un superbe livre « En tournant les manivelles ». Le N° 391 c’est votre délégué BPF Jean-Louis Rougier ; notre Présidente Martine Cano N°421 ; et mon prédécesseur Pierre Cazalières le N°450, il récidive quelques années plus tard, Lauréat pour la seconde fois avec le N° 810.

Votre nouveau délégué au BCN est lauréat avec le N° 806. Il faut souligner que quelques participants recommencent une nouvelle série, certains (rares) une troisième série ! Et rarissime une 4e…Belle assiduité ! Sur la page de garde de ce cahier d’homologation (pièce de collection), une carte de suivi du BCN est agrafée, elle appartenait à Charles Antonin (ancien Président de la FFCT) elle est datée de 1944, un seul département est homologué le 38 (Isère). Cela veut-il dire qu’il n’a pointé qu’un seul département, ou bien est-ce juste un essai pour le lancement du BCN ? Toujours est-il que Charles Antonin n’était pas titulaire du BCN.

La prestigieuse liste des lauréats au BCN, au début, un simple cahier !

 

Les délégués fédéraux :

Plusieurs délégués au BCN se sont succédés au cours de ces 77 années d’existence. En recherchant j’ai trouvé les noms suivants (liste non exhaustive). André Schoup (commissaire général au BCN ) ; Maurice Roche ; Roger Outrequin ; Jean Latour (également homologateur du BPF) ; Pierre Cazalières ; et Jean-Marc Lefèvre. (Je suis preneur des autres noms de délégués, s’il y en a). Pierre Cazalières, mon prédécesseur, détient (je le pense ?) le record de longévité dans cette fonction, 37 ans au service de ce brevet, 37 ans de passion, 37 ans à suivre la progression des Cyclos partis à la chasse aux tampons ! Pierre m’a confié au moment de sa succession, que le BCN était pour lui très important, une grande partie de sa vie de bénévole au service des Cyclos et de sa fédération. Il accomplissait sa tache avec sérieux, aujourd’hui je mesure et j’apprécie la qualité de son travail, on ne peut que le féliciter et le remercier…

Il y a des milliers de participants inscrits au BCN, chacun a sa fiche de suivi. Certains progressent rapidement en envoyant plusieurs cartes annuellement, d’autres, mettent quelques années pour recueillir les 10 tampons d’une carte, d’autres ont certainement abandonné, car de nombreuses cartes sont anciennes, datées des années 60, 70, 80, 90…, peut-être reviendront-ils un jour ? Je le souhaite ! Lorsque j’ai pris la succession de Pierre Cazalières, j’ai eu l’énorme surprise de voir arriver à la maison un gros camion, venant me livrer les 3 classeurs (photo ci-contre) renfermant les milliers de fiches du suivi des participants. Impressionnant ! Je me suis lancé le défi de compter le nombre de fiches durant cet hiver…Je ne manquerai pas de vous annoncer le résultat. J’ai un peu modifié la fiche du suivi pour les nouveaux participants, profitant de l’informatique, mais la version papier restera irremplaçable…C’est ainsi qu’au cours de votre quête des 91 pointages, je sais précisément, ou vous en êtes, quels département vous avez pointés, à quelle date, et dans quelles communes, c’est en quelque sorte le double de vos cartes de route. J’ai également créé une nouvelle numérotation, le fameux N° INF. Maintenant les numéros sont sous cette forme : 2021/1 (année de la promotion en cours, suivi du chiffre 1 ; 2 ; 3…). Pensez toujours à noter ce N° sur vos cartes, il m’est bien utile.

 

Quelques rappels du règlement :

La clôture des homologations pour l’année en cours se termine le 30 septembre, il faut donc impérativement envoyer vos cartes avant cette date si vous souhaitez participer au challenge de France, et pour ceux qui terminent leur brevet, faire partie de la promotion de l’année en cours. À partir du 1er octobre, les cartes seront validées sur la promotion de l’année suivante. Ce point de règlement est valable pour l’ensemble des brevets de la Fédération. Il faut envoyer vos cartes de route dès qu’elles sont complètes, ne surtout pas grouper les cartes sur un seul envoi, ceci pour faciliter le travail du délégué. Pensez toujours à joindre une enveloppe timbrée pour le retour de vos cartes. Bien vérifier sur les tampons, que le nom de la commune contrôle est noté, certains tampons sont illisibles, obligeant à des recherches, ou à la non homologation du département. Pensez aux contrôles par photos devant le panneau de la commune ou du col, et l’idéal avec les téléphones modernes, c’est de faire un selfie ! Si vous pointez par photos, adapter la taille de la photo à la case de la carte. Mais vérifier qu’elle soit lisible…

 

Les résultats de la promotion 2021 :

Onze participants ont terminé leur BCN et sont lauréat(e)s de la promotion 2021. Voir page 4.

– 107 participants pour la promotion 2021, j’ai le plaisir de compter 24 nouveaux parmi ces 107 participants dont 8 dames ! soit sur un effectif de 105000 licenciés, soit 0,10 % !

– À la date du 30 septembre 2021, j’ai reçu 152 cartes à homologuer (c’est mieux qu’en 2020 ; 145 cartes) mais moins bien qu’en 2019 avec 355 cartes soit 57 % de moins ! Le COVID explique en partie cette baisse, mais pas seulement…

– Cela représente un total de 1319 départements homologués.

– 31,78 % sont des féminines et 68,22 % sont des hommes.

– 52 clubs ont participé soit sur un effectif de 2800 clubs, soit 1,85 %.

– On décompte 6 membres individuels.

– La participante la plus âgée et le participant le plus âgé ont 82 ans.

– La participante la plus jeune a 49 ans, et le participant le plus jeune a 17 ans.

– La moyenne d’âge des participantes est de : 64,26 ans, alors que la moyenne d’âge des participants est de : 64,91 ans.

– 2 participants ont choisi la méthode de validation informatique.

– 3 participants déclarent participer en VAE.

 

La promotion 2021 restera une année moyenne au niveau participation. N’hésitez pas à parler et inciter vos Ami(e)s Cyclo(te)s à participer à ce fabuleux brevet de tourisme à Vélo, il le mérite, quel bonheur de pouvoir dire comme Paul Chedeville et André Schoup « J’ai Toute La France Dans Les Jambes, je suis un/une TLFDLJ ».

 

 

 

Jean-Marc Lefèvre
Délégué fédéral au BCN
37 rue Amédée Evrard
02300 Chauny
bcn@ffvelo.fr

La lanterne des morts à Ciron, BPF de l’Indre,
Province du Berry © J. LACROIX.

 

La partie historique a été rédigée grâce :

  • Au fabuleux livres de Raymond Henry « Histoire du Cyclotourisme » tome 1 & 2).
  • Jean Galimant (ancien Président de la ligue de Picardie) m’a apporté son aide ô combien efficace ainsi que Jacques Seray (historien du Vélo).
  • La documentation iconographique je la dois à l’aide de : Jean Galimant ; Louis Roman (de Montauban) ; Joël Renault d’Orléans ; Gérard Miquel de St Euphèmie ; à la brochure réalisée pour le 80ème anniversaire de l’URP Amiens ; Aux revues le Cycliste/Cyclotourisme et La France Cyclotouriste (collection Jean-Marc Lefèvre).

Un grand merci à tous !

 

AU FIL DES CARTES

Depuis la création du BCN, un certain nombre de cartes ont été utilisées.


 

Carte modèle 1945, sans doute la première version.

Le 3ème modèle de la carte de route du BCN.
Il est ajouté « Souvenir André SCHOUP »

 

Carte de routes des années 80…

… et des années 90.

 

Carte de routes du début des années 2000.

La toute dernière version, pouvant être validée par envoi informatique.

 

RETRO : LE BCN DE JEAN GALIMANT

Lauréat du BCN N°33 en 1955, Club Comité des loisirs de Laon, Ligue Champagne. Il n’a pas encore 19 ans quand il commence le BCN, en 1950. Durant 5 ans il va parcourir la France pour mener son brevet à son terme… Il sera le 33ème Lauréat de ce prestigieux Brevet. Jean Galimant, Grand Randonneur à Vélo, au palmarès impressionnant, avec entre autre : Paris Cap Nord en 1956 ; un voyage vers la Grèce et l’Ile de Rhodes ; Paris Rome ; Le Raid Hosegor Venise ; Brest Istambul ; des Diagonales ; Paris Nice Audax !…Titulaires de deux aigles d’Or Audax… Du Paris Brest Paris ; du Tour de France Randonneur…et du BPF ! En 1994 il réalise Le Puy-en-Velay St-Jacques-de-Compostelle (liste non exhaustive). Jean est aussi le fondateur de la ligue de Picardie de Cyclotourisme en 1965, il sera également membre de la commission juridique, et membre du conseil d’administration de la FFCT sous la présidence de Léon Creusefond !

Jean-Marc Lefèvre

 

 

 

 

 

 

RANDONNÉES BPF DANS LE GERS ET LES LANDES

 

Déjà octobre, et seulement deux BPF visités cette année. Si ces comptes-rendus sont comme une trace de ma vie de cyclotouriste, ils laissent une empreinte personnelle des années qui s’écoulent et au-delà relatent des souvenirs liés parfois à des événements bien spécifiques. Si certains faits demeurent anecdotiques, 2020 restera une situation inédite, que j’ose espérer exceptionnelle, mais là j’ai des doutes. Un nouveau virus est apparu, faisant fi des frontières et tissant sa toile pandémique sur la planète entière, jetant à bas, des semaines durant, tous les desseins d’un pauvre bpfiste confiné dans son jardin à l’heure où le printemps l’invitait sur les routes de France. Seul le soleil semblait épargné, fidèle au rendez-vous, ajoutant une frustration supplémentaire à la confusion et à l’angoisse. Le vélo languissait dans le garage. Les spectacles s’annulaient en cascade. Rien ne se passait hormis de la lecture, des travaux d’entretien, du jardinage et de la réflexion. L’été libérait un peuple confiné et cette liberté offerte reléguait aux calendes grecques les bonnes résolutions et les promesses invoquées au plus fort de la crise. Fin août je remontais sur scène pour quelques spectacles, me privant de laps de temps suffisamment larges pour enfourcher mon vélo à la rencontre des provinces françaises. Mais à nouveau le ciel s’obscurcissait, le vrai qui pleurait à verse et le pandémique qui relevait la tête. On payait l’addition estivale et un relâchement certain. Les spectacles s’annulaient à nouveau. J’étais libre mais livré à une météo revêche et instable. Dans ces conditions je voyais mon compteur 2020 bloqués à deux BPF moissonnés mi-août dans les Alpes de Haute-Provence. À situation inhabituelle il fallait s’adapter et je décidais de tenter ma chance vers l’Atlantique, entre deux dépressions.

Les couverts et la halle de Bassoues, BPF du Gers.

 

C’est ainsi que ce lundi 12 octobre nous roulons en direction du Gers et des Landes. Un rapide programme élaboré la veille nous mène peu avant Bassoues où notre couple se scinde, une moitié continuant motorisée et moi enfourchant ma bicyclette. À Bassoues, nous sommes accueillis par l’imposante tour-donjon du XIVème siècle, un ouvrage massif impressionnant de puissance. C’est le seuil à franchir pour accéder au centre du bourg médiéval. La route traverse la halle dont la charpente au bois séculaire raconte un passé étalé sur six siècles. Sur un des côtés, la halle est bordée par un alignement de boutiques désuètes s’abritant sous les couverts à colombages. C’est là que nous prenons notre déjeuner et vérifions une fois encore l’attrait du Sud-ouest jusque dans l’assiette, souligné par une note minime et confirmant ainsi que le Sud-est et bien à l’opposé du Sud-ouest. Nous avons toujours en mémoire un repas pris dans le Var touristique, où un morceau de viande sec sur un bol de nouilles cuites à l’eau, accompagné d’un verre de vin, nous avait coûté autant que nos deux déjeuners gersois réunis, potage, menu du jour, vin et café compris. C’est ça aussi la variété des provinces françaises. Le talent est dans la mesure et l’authenticité, un art de vivre sans se renier. C’est lui qui dure quand l’autre capote.

 

Avant de quitter Bassoues, je valide la dernière case de mon carton BPF du Gers dans une minoterie industrielle, un établissement aux immenses silos de grains, finalement bien à l’image de cette région agricole où les ondoiements des collines forment une mosaïque de cultures, des tournesols à la tête lourde et penchée vers la terre, du maïs un peu maigrichon par manque d’eau, du soja, du blé évidemment. Ne manquent dans ce paysage que les troupeaux d’oies se dandinant dans les cultures. En sortant de Bassoues, s’enchaînent sans répits côtes et descentes avec, de part et d’autre, la terre, ensemencée, moissonnée, retournée, charruée, mais soulignant toujours cette identité agricole où le temps semble réglé, une fois pour toute, par le rythme des saisons, un pays de cocagne où se rejoignent cultures, élevage, produits fermiers pour une qualité de bien vivre où la gastronomie tient toute sa place.

 

 

 

 

Jusqu’à Beaumarchés, la route se déplie sur une ligne de crête dévoilant de chaque côté un relief ondulant que le soleil d’octobre adoucit d’une lumière mordorée. C’est à ce niveau que je me perds un peu, sur des chemins vicinaux, mais en gardant le cap à l’ouest, je retrouve un axe plus fréquenté, rectiligne, que je dois remonter vent debout pour retrouver mon cheminement bucolique par Castelnau-Rivière Basse. Là, je fais une halte auprès d’une église du XIIIème siècle mais je ne pousserai pas plus loin ma curiosité et n’irai pas chercher la clé chez la voisine, comme indiqué sur la porte. L’heure tourne et Hagetmau, mon prochain objectif, est encore loin. Le défilé recommence vers Garlin, sur le même relief accidenté où se succèdent effort et moment de roue libre.

Entre Bassoues et Hagetmau, vignes du côté de Madiran.

 

Mais, quand tout est pour le mieux, le programme bien suivi, l’hôtel retenu, le plaisir de pédaler par une météo enfin acceptable, c’est à ce moment qu’intervient l’imprévu, celui qui déclenche quelques exclamations spontanées à ne pas mettre dans des oreilles chastes. Il a suffi d’un pan suivi d’un glin, glin et j’ai vite compris. Un rayon vient de céder, la roue est voilée et touche les patins de frein. Je me retrouve dans la même situation que deux ans auparavant du côté de Domme où j’avais dû acheter une nouvelle roue pour continuer mon périple. C’est décidément de la malchance. Si je m’en remets aux probabilités, sur les dix années écoulées, j’ai cassé seulement deux rayons et effectué plus de 120 000 kms, mais l’incident est survenu chaque fois en extérieur, lors de pérégrinations autour des BPF. Voilà comment la contrariété s’invite pratiquement dès le départ. Je continue malgré tout, ajoutant au relief déjà pas très coopératif un handicap supplémentaire avec une jante qui frotte à chaque tour de roue. J’ai connu le temps des réparations faciles à réaliser, et je les faisais, des roues simples à dévoiler, un rayon de rechange et une clé suffisaient alors. Mais là, il faut un vélociste de la marque et ça ne se trouve pas à tous les carrefours improbables de ces routes de campagne. La nouvelle technologie aidant, la recherche d’un vélociste concessionnaire de ladite marque est trouvé à St-Paul-les-Dax. Il est contacté aussitôt et m‘attend avant 19h. C’est aussi là que l’hôtel est retenu, sur la même avenue, c’est au moins un point positif. On se console comme on peut ! J’y arriverai à 18h 30, une demi-heure avant la fermeture, pour une réparation autant matérielle qu’un réconfort moral. La suite pouvait s’envisager sereinement !

Mais avant le dénouement de cette journée, un petit retour à Hagetmau où je pointais mon BPF dans la boutique d’un tapissier décorateur. En poussant la porte de cet établissement, je pénétrais dans un commerce d’un autre temps, celui d’un artisan d’art, héritier des siècles précédents. Je plongeais au siècle des fauteuils, des bergères, des crapauds, des voltaires. Des tissus d’ameublement, des voilages, des rideaux, des panneaux, mais aussi du plus contemporain, des palettes de couleurs, des nuanciers de cuir emplissaient cet antre du savoirfaire authentique. Celui qui me délivra le coup de tampon devait être le fils de l’enseigne H…et fils et son aménité s’accordait parfaitement au cadre. Il me raccompagna jusqu’à la porte en me souhaitant bonne continuation. Les BPF égrènent des souvenirs où les tampons ont leur place, certains émergeant du lot par leur particularité, celui-ci en fait partie.

 

 

 

 

Marée basse à Hossegor BPF des Landes. Ostréiculture sur l’étang d’Hossegor.

Marée basse à Hossegor BPF des Landes. Ostréiculture sur l’étang d’Hossegor.

 

 

 

Ce soir, devant ma salade de gambas grillées, j’ai la satisfaction d’avoir renoué avec ces journées gratifiantes à la recherche d’un dépaysement tout proche, aux portes de nos anciennes provinces. J’en ai terminé avec le Gers et les Landes sont à demi conquises. Pour l’heure, je vois tomber la pluie derrière la vitre du restaurant, le goudron luit sous la lueur des lampadaires. Qu’importe ! La journée s’est bien conclue, demain sera un autre jour et dans l’immédiat les gambas sont excellentes. Au petit déjeuner du lendemain, seul l’éclairage est différent. Les lampadaires sont éteints et la nuit a laissé la place à un ciel qui peine à se débarrasser d’une moite obscurité que le vent tente de déchirer. Les flaques d’eau palpitent encore sous les gouttes de pluie, mais une petite trouée bleue s’éclaire vers l’occident et l’Atlantique. Nous y allons.

 

Cette deuxième journée je l’ai pensée bien différente de celle de la veille et c’est en voiture que nous effectuons ce trait d’union, de St-Paul-les-Dax à Hossegor, d’une petite pluie intermittente à une simple chaussée mouillée. Aujourd’hui, c’est l’étape de l’océan et de la Vélodyssée entre Atlantique et forêt landaise. Je l’ai imaginée longtemps et maintenant que m’y voici, la réalité est autre, loin des images ensoleillées que je me projetais. Le départ a lieu de l’office de tourisme d’Hossegor où je recueille un nouveau tampon. Aussitôt, je me mets en quête de la Vélodyssée à travers quelques avenues humidifiées. Je l’atteins sans avoir vu cet océan que je sens palpiter derrière les dunes.

Le vent chargé de moiteur me contrarie, il soulève le sable qui me fouette le visage et vient se déposer sur ma monture. Je suis seul, parfois chahuté par quelque rafale, bien loin d’une activité estivale que j’imagine à la vue de tous ces volets fermés, de tous ces ronds-points distribuant des avenues à l’assaut de résidences désertées. La piste cyclable offre une vision automnale et comme abandonnée avec quelques petites congères de sable et, par endroits, un tapis d’aiguilles collées par les récentes ondées.

 

La piste longe la route où aucune voiture ne passe et j’en suis à regretter de ne pas l’emprunter quand, à chaque nouveau rond-point, la piste va sinuer, couper des voies délaissées où je freine par acquis de conscience, tourner brutalement, m’obligeant à une attention soutenue sur ce sol assez incertain. Quand les dernières habitations disparaissent, la forêt s’invite plus intensément et ce sont des alignements de résineux, des fûts bien droits émergeant parmi un océan de fougères rouillées.

 

La ligne droite commence à devenir la norme, m’incitant à appuyer plus fort sur les pédales, surtout lorsque le ciel lâche par instants quelques gouttes, à moins que ce ne soit le vent qui égoutte les arbres. Mais le ciel menaçant ne m’invite pas à la béatitude contemplative. Je remonte vers le nord et la dépression aussi, comme annoncé par la météo matinale. À une encablure de l’océan, je pense à ces navigateurs qui traversent, contournent, jouent avec les dépressions. Qui d’elle ou de moi aura le dernier mot ? Ainsi se déroule la Vélodyssée par Vieux-Boucau, Moliets, Léon où la pluie cette fois me rattrape. Je jette l’éponge, je n’ai aucune obligation de résultat si ce n’est celle de prendre du plaisir à voyager à bicyclette et le cas échéant ouvrir une parenthèse et me mettre à l’abri.

 

 

 

 

 

La Vélodyssée traverse la forêt.

L’Océan Atlantique à Mimizan-Plage.

 

 

À Mimizan je vais enfin voir l’océan, à Mimizan-Plage précisément. Ce géant vers lequel se précipitent l’été des millions de touristes, il est à nous, à nous seuls. Tourmenté par les vents, il souligne plus encore sa puissance et le désert de son immensité. Le ciel et l’écume se mêlent en un tableau mélancolique où nos pensées muettes se rejoignent. Nous serrons biens nos parkas pour mieux affronter le vent avant de retrouver dans les terres un restaurant pour la pause méridienne.

Le restaurant où nous déjeunons n’a pas de tampon pour valider mon BPF. C’est encore une pharmacie qui officiera, venant ainsi augmenter le nombre de cachets d’apothicaires qui ornent mes cartons. Cette formalité accomplie, c’est vers une sorte de contre la montre que je m’achemine. Non pas que la vitesse soit le but de la manoeuvre, elle viendra naturellement avec un vent favorable et la planéité de la route. Ici, le contre la montre ne vise pas à combattre le chronomètre mais plutôt la monotonie du parcours.

De Mimizan à Sabres, 35 kilomètres se présentent à moi, quasiment rectilignes. Dès la sortie de la ville, la ligne droite fuit vers un infini bordé de forêts. Une fois tirée une paire de photos je ne vois rien d’autre à faire qu’à pédaler, l’oeil navigant du point d’horizon au compteur du vélo. Les kilomètres défilent allègrement parfois troublés par un camion transportant des grumes de pins vers une scierie. J’ai bien quelques regards sur le bas côté de la route ayant aperçu une coulemelle et parfois une voiture garée dans un layon de la forêt. Est-ce un forestier ou un cueilleur de champignons ? À Escource un croisement interrompt l’uniformité de la route. Plus loin un deuxième signale la seule difficulté de l’après-midi, un pont pour franchir l’autoroute. À Solférino pas de trace du PS, je n’y ai pas livré bataille non plus, la victoire étant acquise d’avance, il ne me restait plus que 15 kilomètres pour atteindre le but et déposer les armes à Sabres, ultime BPF des Landes où j’ai mis au programme la visite de l’écomusée de Marquèze.

Une maison landaise à Sabres BPF des Landes.

 

Ici prend fin l’étape vélo mais la journée n’est pas finie. Un petit changement de tenue, rangement du vélo dans le coffre de la voiture et nous voilà prêts à profiter de cette fin d’après-midi pour nous immerger dans la vie de la forêt des Landes de Gascogne au XIXème siècle. Le ciel reste menaçant et l’incertitude plane, mais l’occasion se représentera-t-elle? Alors, on se décide et on embarque dans un petit train à vapeur qui nous transporte au coeur de la forêt.

La transition vers le passé se précise dès l’embarquement dans un wagon d’une autre époque fait de tôles et de bois. Nous sommes seuls et apprécions mieux cette immersion dans le temps. En fait le passé nous rattrape lorsque je lis sur un panneau que cette voiture classée monument historique provient du chemin de fer de l’Hérault construit en 1913. Mes grand-sparents se sont peut-être assis sur ces banquettes de bois. Le passé n’est pas si lointain et je me souviens, dans ma première enfance, quand nous prenions la micheline munis d’une petite valise, pour aller visiter mon grand-père à Pézenas à 8 kilomètres de là.

 

Le train nous transporte à travers une forêt de pins aux cimes balancées par le vent de l’Atlantique. Le sol est-il de sable ou de cendre, il défile et étale sans pudeur ce berceau de pauvreté d’où jaillissent ces pins qui montent vers le ciel, trop rapidement, comme des adolescents dégingandés grandis trop vite. Parfois la bruyère allume une touche de mauve sur cette lande déshéritée. Ici, rien n’attire l’attention sinon une constance dans le paysage immuable qui anéantit toute échappatoire pour nous recentrer sur un monde intérieur où nos pensées emplissent le silence. Marquèze ne se raconte pas, elle se livre à ceux qui franchissent le pas. Son mystère est enfoui au creux de la forêt, sur cette lande où un secret semble caché.

 

 

 

 

 

Embarquement immédiat !

Retour du troupeau.

Celui de la nature, aussi pauvre soit elle, qui sait s’offrir à ceux qui la courtisent et la respectent en leur donnant à exploiter toutes ses maigres richesses. À Marquèze, voilà deux siècles toute une communauté vivait là au coude à coude, chacun ayant sa pierre à porter à l’édifice. Les gemmeurs recueillaient le sang de la forêt, l’apiculteur choyait ses abeilles, le moulin au bord du ruisseau faisait chanter sa roue, le bouvier conduisait ses boeufs unis sous le joug pour tirer les troncs sur les sentiers, le berger menait son troupeau, la fileuse cardait et filait la laine ou le chanvre. Au four communal, les fournées hebdomadaires rythmaient les semaines, les basses-cours complétaient les potagers, et les palombes rejoignaient sur les tables de fête les poissons pris au ruisseau. Le métayer, homme important, régissait toute cette société paysanne. Sa demeure témoignait de son rang. D’autres, toujours en l’état, subsistent et nous transportent vers ce siècle laborieux. Le siècle était industriel, mais ici la vie agricole semblait s’être enracinée sur cette lande ingrate.

 

 

L’après-midi touche à sa fin, la température fraîchit et le ciel traîne des nuages noirs. Nous quittons Marquèze par le dernier train, emplis de cette immersion dans les Landes. L’impression est celle d’une autre époque mais le paysage est toujours actuel. Néanmoins cette idée qui en ressort est encore la même, celle d’une terre pauvre, d’une lande de sable mêlée de cendre, d’un grand désert habité de pins, loin du Gers plantureux, mais où aucune fausse note, aucune verrue, ne trouble ce paysage figé où le fil de nos pensées peut se dérouler jusqu’à l’infini de la route.

Il pleut lorsque nous prenons possession de notre chambre à l’Auberge des Pins à Sabres. Le soir, ce n’est pas du pin, c’est bien du chêne qui flambe dans la cheminée près de la table où nous dînons. Il pleut toujours et encore le lendemain matin quand un magnifique arc-en-ciel accompagne notre petit-déjeuner. Bilan, cinq BPF, le Gers et les Landes complètes (la Gascogne bientôt bouclée) et deux jours volés à une météo bien maussade pour quelques souvenirs ensoleillés.

 

La maison du métayer.

Texte et photos : René BALDELLON – CC Vias.

 

SITES BPF EN BRETAGNE

Le 29 octobre 2020, nous avons dû abandonner notre projet « Bretagne », le second confinement nous obligeait à rentrer dare-dare à la maison. Opiniâtres, en février nous avons repris notre route, à vrai dire sans beaucoup d’entraînement, mais avec enthousiasme, quand bien même le temps n’était pas trop favorable. Sans être confinés, nous tenons nos distances avec autrui, cette escapade armoricaine nous a fait un bien fou et nous a redynamisés. (Re)voir la côte de granit rose (le chemin venait de rouvrir, fermé pour confinement ! vélos tenus à la main), les pointes de Bretagne ( près de Camaret, à la pointe de Pen-Hir il fallait maintenir fermement nos vélos afin que le vent ne leur jette un mauvais sort ), Carnac et ses mégalithes ( nous avions oublié qu’ils étaient en si grand nombre) , mais l’Argoat a su nous surprendre : les enclos paroissiaux, Huelgoat, Josselin, et la forêt de Brocéliande envahie de promeneurs.

 

 

 

 

 

 

 

Les pointes du Finistère, bien ventilées !

 

 

Les alignements de Carnac, BPF 56.

 

Un enclos paroissial.

Quiberon…

…et Josselin.

La tombe de Merlin, en forêt de Brocéliande.

 

 

Texte et photos : Jean-Pierre LESCOUËZEC – AS Morigny-Champigny.

 

CAP AU SUD

Alpes-de-Haute-Provence & Hautes-Alpes

Que dire de ces 2 départements, des BPF difficiles car montagneux, mais après tout, un BPF, ça se mérite ! Et comme nous aimons la montagne pas facile de les départager.

Pour le 04, j’ai beaucoup aimé Moustiers-Ste-Marie, ce village est superbe au pied des rochers et le Col d’Allos, que nous avons fait à l’occasion de la concentration d’Ascension à Digne- les-Bains en mai 2019 par le côté Colmars.

 

Malheureusement un 29 mai, le col était ouvert depuis à peine une semaine, avec encore 1 mètre de neige, et le refuge était fermé, tout comme la station de la Foux d’Allos, à part quelques ouvriers qui travaillaient sur la maintenance des remontées mécaniques, c’était mort ! Nous avons observé et discuté avec les marmottes qui gambadaient et jouaient, contentes de retrouver la verdure du printemps. Le petit village d’Annot est très sympa aussi. Pour le 05, Saint Véran est magnifique et tellement authentique quand on aime la montagne. Et la vallée du Valgodémar est superbe, des sommets à + de 3000 tout autour avec la neige, des cascades. Quand on passe le dernier virage et qu’on aperçoit le chalet du Gioberney au fond de sa vallée c’est magique !

Nous avions bien mérité de boire un coup au chalet, beaucoup des randonneurs à pied en ce début de saison. Nous serions bien restés encore un peu mais les nuages arrivaient, annonçant encore des orages ! Il était temps de reprendre la route. L’abbaye de Boscodon était aussi une agréable découverte.

Moustiers-Ste-Marie.

 

En arrivant au chalet du Gioberney.

La cascade du Voile de la Mariée, en montant au Gioberney.

 

Bouches-du-Rhône & Var

Une belle semaine de vacances en septembre, pas trop chaud, pas beaucoup de monde, idéal pour faire du vélo, avant que la météo ne se dégrade et apporte des trombes d’eau et les inondations la semaine suivante.

Nous avons sillonné les petites routes de l’arrière-pays varois, et profité des Journées du Patrimoine pour visiter l’Abbaye du Thoronet. Un bel édifice monumental perdu en plein milieu de nulle part ! Il leur fallait çà aux moines pour être tranquilles et méditer dans le silence au Moyen-Age ! Aujourd’hui l’Abbaye est vide, plus aucun moine et les ruines de certaines parties de l’édifice laissent imaginer un ensemble beaucoup plus vaste à l’époque. Une découverte intéressante et beaucoup de gens en famille pour les Journées du Patrimoine.

Lorsque nous sommes allés à La Garde Freinet, petit village perché, la sortie était assez tristounette, car le paysage était complètement défiguré par les incendies de cet été. Le Massif des Maures a, une fois de plus, été durement touché, dommage car c’est vraiment agréable à parcourir en vélo. Le mercredi, un temps superbe, pas un nuage, et nous sommes allés à Fréjus, visiter le port, avec un petit tampon à la Capitainerie au passage, longer la côte jusqu’au sémaphore du Dramont, et un bain de pied dans la Grande Bleue à côté du petit port du Poussaï. Fréjus c’est trop grand, trop de monde même en arrière saison, dangereux pour circuler en vélo, la côte reste la côte c’est toujours la même chose, quelques ruines antiques ; en fait les grandes villes ce n’est pas notre kif.

L’abbaye du Thoronnet, BPF 83.

Le col des Fourches, à Collobrières.

Le meilleur moment, c’est Collobrières, nous y avons fait 2 sorties, en montant jusqu’à la Chapelle Notre Dame des Anges par la petite route de Vaudrèches, sur les conseils du producteur de châtaignes local Lou Castagné. La route du Col des Fourches est super agréable, on aurait pu se baisser pour ramasser les châtaignes, mais c’est interdit, on ne va pas voler le gagne-pain des petits producteurs locaux. Une autre sortie pour faire 4 petits cols autour de Collobrières, pique-nique, faire quelques emplettes souvenir, dévaliser la confiserie Azuréenne et Lou Castagné en crèmes de marron et marrons glacés, et manger une glace aux marrons sans pareil ! La Sainte-Baume, nous connaissions déjà, mais à ce moment-là je ne faisais pas les BPF. Nous avons fait une boucle au départ de Rougiers, et avons refait le col de l’Espigoulier. La route était copieusement gravillonnée depuis l’Hostellerie jusqu’à Plan d’Aups, pas cool. Une belle journée de vélo tout de même. Le dernier BPF du Var, c’est la Falaise des Cavaliers dans les Gorges du Verdon. Celui-là nous l’avons fait lorsque nous avons passé la semaine à Digne-les-Bains en 2019. Les Gorges du Verdon, c’est grandiose, et incomparable. C’est difficile car il y a beaucoup de dénivelé, mais quand on est là-haut quel panorama ! J’ai aussi profité que nous étions sur ce secteur pour terminer le BPF 13 à Cassis. Nous connaissions déjà pour être venus en vacances sur Marseille. Enfin, voilà une nouvelle province de terminée : la Provence.

 

Texte & photos : Antoinette & Roger LARDY – CR Chalettois.

 

COMMENTAIRES SUR LES SITES BPF DES ARDENNE

Je suis toujours surpris des choix des sites retenus, dans des départements ou je vois des endroits oh combien plus jolis ! Mais bon ! A mon avis, j’ai traversé des villages plus dignes d’intérêt, que ceux proposés.

Site ordinaire :

Signy l’Abbaye. Dommage qu’à cause des vols, l’église du 12ème siècle soit fermée. L’extérieur, de cet édifice, à lui seul ne comble pas ma soif de découverte.

 

 

La mairie de Signy-l’Abbaye © J.L ROUGIER.

Sites surprenants :

Grandpré. Dans ce village, au premier abord on pense qu’il n’y a pas grand-chose à voir, sauf qu’après avoir vu l’église, qui était ouverte, je découvre un panneau qui indique la direction vers un château. Chemin faisant, après 200 m d’un petit raidillon, je découvre le mur d’enceinte, du Château des comtes de joyeuses, qui est flanqué d’une porte monumentale et de tourelles carrées. Le château, par lui-même, parait plus petit que les annexes, mais visiblement il parait en bon état et non habité.

La porte de la justice du château de Grandpré © J.L ROUGIER.

Monthermé et Les Hautes rivières. Ces deux BPF sont reliés, depuis quelques années par une voie touristique cyclable appelée « La trans-Semoysienne », et cette voie est reliée au réseau Ravel des voies vertes Belges. Si au départ de Monthermé, le parcours est superbe, après Thilay, soit au 15ème Km, le parcours présente des pentes à 18 et 23% qui rendent la ballade moins agréable. Sur le parcours, excepté les panneaux d’indication du pourcentage des pentes, pas d’info de situation, donc, au bout de 26 km, je me suis retrouvé en Belgique.

La boucle de la Meuse à Monthermé © F. TARTARIN.

Des pourcentages impressionnants © S. POUPEL.

Fumay. En arrivant à Fumay par la voie verte Trans-Ardennes, qui longe la Meuse, on découvre un superbe village, qui doit sa renommée actuelle, a une tyrolienne de 1km. La grande histoire des ardoisières, retrace le passé de la région. L’approche touristique et cycliste est superbe car il y a des pistes cyclables partout.

Les bords de Meuse à Fumay, BPF 08, Province de Champagne © J.L ROUGIER.

 

Un site fort intéressant :

Carignan. En plus de la collégiale de la ville, en organisant bien sa boucle d’approche, le matin on va voir l’ouvrage de la ferté (Ligne Maginot) ou 105 soldats français sont morts asphyxiés dans un tunnel à 30 m sous terre et l’après midi, on sort du territoire pour aller visiter l’Abbaye d’Orval. Magnifiques bâtiments mais… attention, cette abbaye produit une bière d’Abbaye titrant 6,8° d’alcool et pour le retour, sur le vélo, si on en boit, les crampes ne sont pas loin.

A Carignan, BPF 08 © C. KRAFFT.

 

Serge POUPEL – ACT Montivilliers

 

RANDONNÉE HIVERNALE EN AVEYRON

Mi-décembre 2003, Jean-Louis Villeneuve s’est lancé dans un voyage itinérant de cinq étapes en Aveyron, qui lui a permis de parcourir 400 Km, et de visiter les sites BPF de ce département de la Province de Guyenne.

Étape 1 : Rodez – Villefranche-de-Rouergue, 97 km, D + 1 380 m

Comme prévu, le froid sera présent toute la journée (un temps de décembre). Je ne me régale pas pour sortir de Rodez, car la circulation est intense et rend dangereuse la traversée de vastes rond points. La première rampe ne tarde pas qui m’offre un beau point de vue sur le mamelon ardoisé de la ville et de sa fière cathédrale. Au lieu-dit « les bastides », ensemble commercial, j’ai déjà gravi trois « bosses » ; les bas côtés sont étoilés de givre. Je progresse sur un plateau de pâturages où domine le vert, parfois blanchis par la gelée : ce sera une constante dans cette étape peu forestière. Un large panorama me permet de découvrir les cimes enneigées du Cantal. Dans une légère descente, le délicieux vallon de Marcillac se creuse sur ma droite cerné de falaises arides teintées de l’ocre du Rouergue. Au sommet d’une rude montée, je profite d’un parking pour profiter du site riche en coloris : beau dégradé de vert, du rose, du rouge et le grand bleu céleste, sans oublier le blanc du givre et des neiges lointaines. Le site de Belcastel mérite un détour: c’est un très beau village ancien (plus beau village de France) sur les rives de l’Aveyron avec en figure de proue les tours et le donjon de son château médiéval.

Le village de Belcastel, au bord de l’Aveyron © J.M CLAUSSE.

Un veau me dévisage dans un pré et un autre sur un panneau qui vante les mérites de l’élevage du veau du Segala. Je descends ensuite vers Rignac. Un petit marché anime cette charmante cité et la cour de l’école n’est pas monotone ! J’en ai terminé avec une route quelque peu surchargée ; la D75 va me replonger dans une pédalée solitaire. Elle débute par un raidard, continue sur un plateau et plonge brusquement très pentu vers la vallée très encaissée de l’Aveyron. Je traverse le hameau de La Valette d’où l’on aperçoit une église curieusement perchée sur un coteau. Quant à la rivière elle roule des eaux apaisées après une grosse période de turbulence : le débit est encore dense et le spectacle ravissant. Le plat n’excède pas la longueur du pont.

Et me voici au régime du « triple » car la remontée est sévère : deux kilomètres à 8 % et 8,5 %. La pente se calme au niveau de La Boissonnade où je dépasse la cote 600, mais l’ascension persiste avec quelques répits. Midi tinte à Cabanelles. Le faux plat qui suit est défavorable ainsi que le vent ! Des brebis interrompent un bref instant leur déjeuner sur l’herbe pour dévisager l’intrus pédalant, ce qui ne trouble guère leur appétit. Je suis cerné de prairies, alors que j’apprécierais moi aussi de me restaurer. Rieupeyroux s’annonce au faîte d’une colline. Le village est certainement attablé, car les commerces sont clos et j’ai beau virer et tourner : pas de restaurant ! Ce sera donc un déjeuner sur l’herbe, moins étoilée qu’en matinée. Je grimpe vers un tertre face à un immense panorama : à l’horizon m’attendent encore quelques plissements ! Je déguste donc mon quart de pizza non réchauffé : un coupe-faim frugal et qui manque d’agrément.

Cet entracte est suivi d’une longue descente sympathique qui mène à Margat sur une D39 enchanteresse (une de plus). La pente continue à être favorable sur une route sinueuse qui domine une verte vallée où paresse un bijou de rivière que je franchis aux abords d’une curieuse bâtisse. Je quitte le délicieux Javal pour reprendre gentiment de l’altitude et rejoindre un plateau riant où se succèdent mares, fermes coquettes et hameaux authentiques. Lunac est un beau village perché sur sa colline ; son église date du XIIème siècle et son habitat se mure dans la pierre locale. La descente qui suit me mène à l’altitude 400 dans la superbe vallée de la Serene : rivière animée par des chutes d’eau, bordée de belles demeures parmi lesquelles un château. A la sortie de La Fouillade il faut remonter sur un morne plateau, bref intermède dans ce contexte édénique.

Le site de Najac (BPF) se devine peu impressionnant en provenance de l’est. Pourtant quel village pittoresque : le charme opère bien vite dès qu’on pénètre sur la grande place en pente entourée de maisons d’époque, certaines à colombages : elle est agrémentée d’une belle fontaine. Dans le bar où est apposé mon premier coup de tampon, le patron m’indique la meilleure façon d’explorer le vieux village (un des plus beaux de France) et d’accéder à la forteresse. J’obtempère et apprécie cette promenade dans l’étroite rue médiévale qui mène aux remparts : ici émergent donjon et les tours de la forteresse royale qui surplombe le ravin où bruisse l’Aveyron. Najac mérite sans doute une plus ample visite, son église en particulier qui renferme quelques joyaux, mais pour moi le temps presse (la nuit est précoce en cette saison).

Najac (BPF 12), la fontaine en haut du village © J.L ROUGIER.

Bien sûr, il va falloir remonter sur une petite route tortueuse parmi une chênaie, raisonnablement au début puis plus usante par la suite : c’est un petit col de 5 km avec un pourcentage qui n’excède pas le 6% où j’étrenne quelques algies : me voici un peu rincé (jargon cycliste). Heureusement le but approche et je récupère lors de la descente qui suit vers Monteils. Ce beau village est bercé par les flots de l’Aveyron : son château fort est restauré et habité. Au loin apparaissent les faubourgs de Villefranche. Je longe la rivière paisible qui se repose après avoir été fantasque : on aperçoit le niveau de sa crue récente. Je traverse le petit village occitan de Florac ; l’Aveyron assiège quelques ilots et régale une équipe de pécheurs. Sur ma gauche se dresse le château d’Orlhonac qui date du XIIIème siècle et a été réaménagé harmonieusement.

La collégiale Notre-Dame, à Villefranche-de-Rouergue.

L’hôtel Bellevue est accueillant : l’hôtesse est charmante, la chambre confortable. J’avais prévu de visiter la ville, mais le froid est déjà de retour ce qui m’oblige à abréger ma promenade. Je dine dans une salle dépeuplée : seuls convives, une dame âgée et un couple quasi muet. J’ai apprécié ce premier contact avec ce département riche en panoramas, en beaux villages en routes séduisantes pour le cyclotourisme, mais j’ai du affronter un fort dénivelé et bien mérité une nuit de profond sommeil.

 

Étape 2 : Villefranche-de-Rouergue – Conques, 68 km, D + 865 m

Villefranche-de-Rouergue est une des bastides occitanes les plus typiques. Elle a gardé de nombreuses vieilles maisons de style renaissance : sa place Notre-Dame est entièrement entourée d’arcades médiévales et est très animée les jours de marché. Je flâne de bon matin dans cette ville allant de découvertes en découvertes, retardant mon départ car le thermomètre avoisine le zéro… Lorsque je passe sur le pont qui franchit l’Aveyron, le froid est encore très présent, mais la longue et sympathique grimpette qui suit me réchauffe bien vite. Villefranche disparaît peu à peu alors que l’on devine dans un contexte forestier le ravin de l’Alzou. La route s’enroule fidèlement sur les flancs du coteau d’où jaillit une petite cascade. Le plateau se devine couronné de hameaux. Les premières prairies apparaissent ainsi que de débonnaires bovidés. Chaque ferme est un lieu-dit : La Combe, Le Monge, La Beauté… Je me retrouve à l’altitude 500, admirant un large panorama, avec à ma droite l’Aveyron qui se faufile dans une gorge, et à ma gauche les mamelons du Rouergue.

La plongée vers Lagarrigue est un doux intermède avant un toboggan aux brefs mais rudes rempaillons. Je reste cependant sur la crête, traverse Pargassan, hameau peuplé et le lieu dit La Bosse, le bien nommé. Un large lacet à pente favorable mène à Lacout village carrefour : pour rejoindre la crête il me faut ahaner tout au long d’une rampe rectiligne qui mordille les mollets entre haie d’épineux et barbelés acérés.
Au lieu dit Le Puech j’atteins mon point haut du jour : 600m. La descente plutôt raide vers Rignac se fait dans un paysage bucolique d’étangs et de bois. Après le passage sur le ru charmant de la Mouline, j’avise un siège de pierre aux abords d’une maison de maître, ce qui m’incite à un arrêt pour croquer dans mon pain aux raisins.
De la Draille basse, je file vers la Draille haute (60 m plus haut). Goutrens est un village charmant situé près des sources de l’Alzon qui fut dépositaire d’un trésor gaulois. N’ayant pas la patience d’aller à la chasse au trésor, je débute la grande roue libre en vue du superbe vallon St- Christophe. Je peux admirer un magnifique panorama sur ce vallon qui entaille comme un fleuve de verdure le plateau et apercevoir au lointain le Plomb du Cantal qui a gardé sa calotte de neige.

La longue descente est parfois verglacée et m’oblige à freiner mon plaisir. Pour rejoindre Marcillac je longe la vallée glaciale de l’Ady auteur de ravages il y a peu. Je conserve un bon souvenir de ce village où nous avons résidé pour un tour de l’Aveyron en 1985. Je retrouve aisément le restaurant espéré : le Relais de Marcillac qui m’accueille chaleureusement et offre une prestation inégalable pour 10 € vin et café compris (c’était une autre époque…). Ce repas me redonne de la vigueur et j’avale les « talus » dans la vallée de l’Ady au pied de rougeoyantes falaises. La vallée s’élargit, le ruisseau se perdant dans de vertes prairies. A Nauviale on rejoint le Dourdou qui lui aussi vient de se singulariser par une violence dévastatrice record ! St- Cyprien est un beau village avec sa pierre de grès rouge apparente et son église romane.
Le Dourdou vitupère encore dans des gorges où les vestiges de la crue témoignent de ses sautes d’humeur. Une cascade vient le rejoindre alors que les prairies riveraines sont encore nappées du blanc de la gelée matinale ! (il est plus de 15 h). Dans une trouée, Conques apparaît grimpant à sa colline ainsi que les deux flèches de la cathédrale Ste-Foy. Comme prévu, la chaise rouge trône devant l’entrée de l’auberge du pont Romain, la clé est accrochée au tableau et je disposerai d’une chambre coquette. Je me déleste de mon viatique et escalade la rude rampe à 12 % pour investir Conques. Bien que j’aie déjà visité ce fabuleux village, je suis encore émerveillé d’autant que je suis presque seul à l’admirer (c’est rarement le cas !). Je « mitraille » le splendide tympan de la cathédrale : la grande nef est impressionnante de silence et d’ombre.

Tour et clocher à Marcillac © D R.

La Cathédrale Ste-Foy à Conques (BPF 12) – © J.L ROUGIER.

 

Étape 3 : Conques – Rodez, 66 km, D + 995 m

Au départ, l’accueil extérieur est des plus ingrats, nappé d’un brouillard glacé. D’entrée je dois vaincre la rude rampe pavée dans Conques la magnifique qui, déserte, est offerte à ma seule admiration. Peu après un premier kilomètre à 6,5 %, la brume se dissipe : c’est ensuite une montée de 6km pour accéder au plateau de Senergues : ascension agréable à 5% de moyenne, parmi arbrisseaux et petites cascades. Un océan laiteux noie les gorges de l’Ouche et la vallée du Dourdou. A l’ouest les monts se teintent de rose pâle sous l’effet de la demi-sphère qui s’élève à l’horizon. Chênes et châtaigniers m’escortent alors que des ouvriers forestiers se réchauffent autour d’un braséro. Les essences s’éclaircissent et laissent place au vert des prés. La rencontre d’un jacquaire peu ordinaire, interrompt ma pédalée : en effet il revient de St-Jacques ! Il marche un peu au hasard sans savoir où il sera en soirée, ne réservant pas à l’avance : nous échangeons impressions et souvenirs, narrant quelques épisodes : c’est ainsi que je grimpe 2 km à allure piétonne.

Le trou de Bozouls, BPF 12, Province de Guyenne © G. BEAUTRU.

J’évite Senergues, obliquant sur le plateau où la vue est sublime : ce taureau et ses compagnes ne s’en émeuvent pas en vieux habitués. Je passe devant la ferme exotique aux autruches qui posent sans vergogne. Le sol est totalement gelé. Le plateau est bosselé se peuplant de fermes cossues, parfois châtelaines. Je culmine à 630 m et redescends vers Meilhac et St-Félix-de- Lunel : je stoppe pour me réchauffer devant l’imposante église et repars affronter le frimas vers Polissac où sourd une fantastique cascade. Fantastique chute, mais très pudique car sinueuse et en partie occultée par une abondante végétation. La plongée qui suit durant 5 kilomètres s’avère douloureuse sur une route en partie verglacée, le froid vif devenant envahissant. Lorsque je parviens à Villecomtal, à l’issue de cette descente freins et dents serrés, je suis frigorifié et apprécie la chaleur d’un café noisette. La cité s’étire dans la vallée du Dourdou, dans la pénombre d’une étroite vallée. Tout comme le Servan, j’ai chuté de 300 m …

Pour remonter sur le plateau il me faut regagner ce dénivelé, ce qui demande certes un nouvel effort, mais où j’ai enfin l’occasion de me réchauffer d’autant qu’après un départ sur verglas, le soleil fait son apparition. J’apprécie la longue rampe qui grimpe dans un étroit vallon puis à flanc de coteau parmi hêtres et chênes. Au lieu dit Contansouzes, les prés réapparaissent : j’évite un coq qui traverse imprudemment la route (ce qui me rappelle une sinistre histoire de « poule » qui me couta quelques côtes !). La brume s’accroche à un mamelon : St-Julien-de- Rodelle en est tout nébuleux. Une longue ligne droite semble buter sur le château d’eau de Bozouls. Ce site merveilleux peut passer inaperçu pour un automobiliste pressé…mais le cyclotouriste, même frigorifié fait le nécessaire pour contempler le fameux « trou ». Dans un canyon semi circulaire serpente le Dourdou, ravin que surplombe la vieille ville en grande partie érigée en bordure d’une paroi vertigineuse : vraiment impressionnant. Au milieu du méandre une église romane de grès rose occupe un promontoire rocheux, ainsi que les vestiges d’un château.

Je contrôle dans une boulangerie où j’achète deux rissoles que je déguste sur un banc face au spectacle grandiose. J’affronte ensuite un parcours moins agréable sur la D 988 très empruntée. Une ample courbe me renvoie dans un vert vallon où chantonne l’inévitable Dourdou. La remontée vers le plateau est sans fioritures, de même que ce plateau des causses du Comtal, désert d’épineux et de cailloux. Je dépasse sur ma droite une caselle, cabane en pierre sèche, sans doute rénovée car en parfait état. La pente est favorable vers Sebazac et son grand centre commercial d’où on aperçoit le tertre de Rodez. La première partie du périple aveyronnais est bouclée, riche en curiosités et en creux et bosses… La deuxième ne tardera pas.

 

Étape 4 : Lauras – Millau, 72 km, D + 965 m

La campagne est blanchie par la gelée et le ciel joue au grand bleu. Je quitte la route de Millau pour m’élever en douceur vers les coteaux ouest. Le profil se calme sur un balcon qui offre une belle perspective sur les hauteurs plus conséquentes qui dominent Roquefort. Bien que je change de départementale, je continue à ascensionner atteignant un sommet à 660m : je progresse sur une large crête délivrant un superbe panorama avec à ma droite les coteaux qui plongent dans le Tarn et à ma gauche les monts de Lacaune ainsi qu’un charmant vallon boisé. On devine Gozon posé sur une boursouflure du plateau. Avant d’y parvenir, je tombe nez à nez sur des monstres préhistoriques sculptés : l’artiste ès ferronnerie semble être une célébrité de la région. À Gozon, la route subit un étranglement devenant une rue très étroite traversant un bourg ancien qui semble d’un autre siècle.

Melvieu, ex-BPF 12 © G. GOURMELEN…

…et son curieux panneau.

À la sortie, un site est signalé : je prends le risque de délaisser ma monture pour grimper à pied vers une ruine et un panorama ; le parcours est bref et agréable. Au sommet je jouis d’un splendide 360° avec table d’orientation près d’une statue de la vierge. Au pied d’une muraille un animal ferré veille sur le reliquat de la forteresse. Je me risque ensuite sur un routon sinueux, étroit et mal revêtu accédant à un ruisseau anonyme. Les freins ont chauffé. Ma totale solitude est interrompue par le concert strident de dindons admirateurs snobinards qui semblent me donner l’assaut, freinés par un grillage. Par contre, ce chien qui me course en aboyant est un danger plus sérieux ; je l’admoneste en hurlant et le menace, pied en opposition : il se calme fort heureusement.

 

À Melvieu je dois recueillir mon quatrième témoignage B.P.F. : je grimpe dans les ruelles désertes de ce petit village typique, profite du panorama, visite l’église et admire ses fresques byzantines. La seule épicerie n’ouvrira qu’à 15h30 ! A première vue le restaurant semble fermé. J’actionne en vain la sonnerie de l’épicerie, reviens vers le restaurant quitte à déranger son propriétaire : surprise! La fermeture concernait le soir, et non ce midi où deux couples étaient attablés. Je m’offre donc le plat du jour servi avec aménité mais loin d’être gratuit. Mieux valait se sustenter car suit un petit col, certes agréable parmi les chênes, qui grimpe jusqu’à la Baraque-St-Victor (640 m). St-Victor est un beau village altier, qui possède son château féodal. De chênaies en chênaies, je me déchaîne dans une descente roulante sans danger qui 200 m plus bas cesse au niveau d’un affluent du Tarn. Je remonte tout au long du val creusé par ce torrent. Le ruban argenté du Tarn se contorsionne au creux d’un ravin jouant à cache-cache derrière sapins et chênes. Je dois donc reprendre ma plongée pour rejoindre la vallée au pied de St-Rome. Un rapace me frôle de son ombre, renonçant à une proie trop volumineuse.

 

 

 

 

St-Rome-de-Tarn : la tour de l’horloge © J.L ROUGIER.

J’escalade la rampe de St-Rome, bourg important et animé à la belle saison, mais en sommeil aujourd’hui. Je franchis la porte du XIVème, et explore une ruelle bordée de maisons avec fenêtres à meneaux et logis à tourelles. Je traverse le Tarn avant de le longer sur cette suave D 96 : c’est un régal en communion avec cette rivière qui roule des eaux parfois écumantes, teintées de bleu ou de vert et qui chantonne une musique apaisante. Je ne suis pas le seul à apprécier car je croise un trio de cyclotouristes et une gente demoiselle à la course élégante. Je quitte un court instant mon séduisant compagnon pour grimper vers Candas perché sur un coteau et reprends avec bonheur le parcours idyllique ; ici le lit est large et la crue récente a laissé quelques séquelles. Dans la traversée de Compregnac , je croise encore quelques cyclistes ce qui fut et resta exceptionnel dans ce périple aveyronnais. A ma gauche une falaise calcaire annonce la proximité du Causse. Peyre s’y adosse de façon pittoresque, et possède le label « plus beau village de France ». Ce village sculpté à même la falaise a beaucoup de charme, et son église s’inscrivant dans une cavité de la falaise est d’origine romane. Il offre également une vue exceptionnelle sur le fameux viaduc. Ma route passe d’ailleurs au pied de la pile la plus élevée de ce viaduc autoroutier. Je continue à longer le Tarn et une voie ferrée jusqu’à l’entrée de Millau. Je me mets en quête d’un hôtel proche de la gare.

 

Millau, dominé par son célèbre viaduc © J.L ROUGIER.

 

Étape 5 : Millau – Lauras, 92 km, D + 1 520 m

Ce fut le « must » de ce département et une étape très athlétique avec un fort dénivelé. Le froid sévit au départ : après quelques achats (pain aux raisins, part de pizza, Equipe), je ne m’attarde pas dans Millau et passe sur le pont qui franchit le Tarn. Je suis rapidement confronté à une première épreuve dans une rue escarpée d’un faubourg à l’entame de la D 110. Je profite d’une vue aérienne sur la ville et la pente se calme : la montée en lacets reste cependant tendue : 4 km à 6,5 % : elle se cabre dans une forêt de sapin (7,5 %) et le spectacle devient grandiose sur la vallée et l’entrée des célèbres gorges : en face un beau relief tabulaire est magnifié par les premiers rayons de soleil. J’atteins un premier sommet dans une clairière aménagée (850 m). L’atmosphère reste très frisquette du côté du hameau de Longuiers aux maisons à toits de lauze totalement désertées. Je caracole sur quelques boursouflures du plateau et oblique vers le hameau dit « Le Maubert » qui donne accès au chaos sculptural de Montpellier-le-Vieux.

Je me dirige vers une ferme en contournant l’auberge et voici que derrière une véranda une dame m’interpelle : c’est la tenancière de l’auberge qui est responsable du bureau d’accueil et des ventes de billets pour la visite du site. Elle ne se fait pas prier pour apposer ce coup de tampon précieux (le cinquième) et me conseille un parcours pour bénéficier d’un point de vue. J’ai eu l’occasion de visiter ce fabuleux chaos, mais j’obtempère, passe la barrière vélo sur l’épaule et contemple un aperçu des rochers ruiniformes. Je fais ensuite marche arrière, retrouve mon itinéraire où une agréable descente parmi les pins mène à un carrefour.

Je choisis la solution la plus brève, mais certainement la plus pittoresque sous la forme d’une route très étroite, mal pavée et déclive où je dois jouer des freins pour éviter les nids de gallinacés. La pente est raisonnable au pied de falaises au dessus d’un ravin envahi d’arbustes à garrigue. Je change de rive et la descente devient plus raide : la vue plongeante sur La-Roque-Ste-Marguerite est somptueuse ; il semble un moment que la route va atterrir dans la cour de son château féodal. Ce village, blotti entre falaise et Dourbie, se situe dans un site de conte de fées. Les rochers qui le surplombent ont des allures fantasmagoriques ; la route devient ruelle minuscule dans un petit bourg secret. La remontée tout au long de la rivière guillerette sur une route des plus envoutantes que j’ai parcourue à bicyclette est un enchantement.

 

 

Le chaos de Montpellier-le-Vieux © G. GOURMELEN.

 

Certes je subis les assauts de la rigueur hivernale. Ceci ne me prive pas d’apprécier ce moulin de Corps, son pont roman et ses petites cascades affluentes, d’être admiratifs face au nid d’aigle de St-Véran, ses petites maisons adossées à un rocher mastodonte, avec son église curieusement isolée dans la vallée à cent mètres en contre bas. Plus loin je domine l’ermitage St-Pierre et la vallée s’élargit à l’issue du « canyon » au carrefour d’une route qui s’élève vers le parc des Cèvennes. Je m’extasie devant le site de Cantorbe, construit sur une crête, une proue calcaire constituée de rochers en forme de cèpes qui s’érigent comme des stalagmites : véritable féerie. C’est ici que conflue la Trévèze : en principe la route est interdite aux voitures pour défaillance du macadam, mais je franchis aisément l’obstacle sur ma bicyclette. Je reprends un peu d’altitude avant le hameau des Cuns et vers 12h30 pénètre dans Nant, vieux village qui possède une halle massive, une jolie place et un restaurant qui me tente …mais le ciel se charge de nuages menaçants et la neige menace ! Je ne succombe pas à la tentation, stoppe à la sortie du village près d’un garage agricole pour me contenter de ma part de pizza. Une petite vieille semble me surveiller ; serais-je soupçonné de vagabondage ? Elle a un certain courage avec ce froid et je n’ose la rassurer de peur de provoquer un effet contraire. Mon repas est bref et ma supposée policière secrète peut rentrer sereinement dans sa demeure.

J’attaque la remontée très pénible vers le célèbre plateau du Larzac. Le grand lacet initial au dessus du vallon débute raisonnablement (6,5 %). Le spectacle justifie l’effort : Nant apparaît au creux d’un puzzle de bocages et les Cèvennes sont coiffées de nuages envahissants. Par contre la longue rampe rectiligne n’est pas une sinécure (8 %) d’autant que la bise s’en mêle ! Au prix d’un effort soutenu j’atteins la côte 800 et le rebord du plateau. La route en faux plat reste rectiligne parmi des champs de rocailles. Les Liquisses Hautes ajoutent le gris de ses demeures à celui du ciel et du paysage. Je longe la base militaire avec son lacis de pistes interdites : mes pensées pacifistes m’accompagnent jusqu’à l’entrée de La Cavalerie. Un panneau signale la possible traversée de moutons ; or je suis surpris non pas par quelques ovins, mais par l’élégance de deux chevreuils.

Un vent arrogant me scotche au bitume lors des faux plats montants ; quant à ce creux qui me permet de découvrir la charmante vallée du Cernon, il n’est que répit passager car la remontée est plus longue qu’espérée et le final épouvantable pour vaincre la pente et la fureur éolienne. Je me dirige ainsi vers un mamelon, sommet du lieu : le pic de Cougouille (880 m), point haut de mon parcours aveyronnais. Enfin je peux calmer mes algies dans un faux plat descendant sans la morsure de la bise : le paysage ne se pare que de quelques granges et mares artificielles. Au bout du désert, des moutons à têtes noires m’accueillent, à l’entrée de Viala, joli village d’une coquetterie inattendue dans cet environnement.

Dans la vallée dominée de falaises où le blanc du calcaire déborde de vertes futaies, Tournemire dispense le rouge de ses toitures sur un fond aux diverses palettes de vert. Plus loin on devine accroché à un ressaut Roquefort où je dois recueillir mon ultime sésame. A côté du vélo, puis sur piste sableuse, je rejoins le goudron pour une plongée à risques vers Tournemire : par endroit la route a des teintes verglacées. Comme le laissait présager une trop longue descente, j’ai droit à une nouvelle escalade bien tendue pour rejoindre le bastion de Roquefort-sur-Soulzon, forteresse du fromage peuplée de caves de part et d’autre de la route avec promesses de visites, sans doute envahi à la belle saison mais désert ce jour. J’ai du mal à trouver un commerce ouvert ; une boulangerie me permet d’apposer un sixième coup de tampon.

Décoration appropriée à l’entrée de Roquefort, BPF 12 © J.L ROUGIER.

 

Jean-Louis VILLENEUVE – © NERBIS CHALOSSE.

 

3 BPF DANS LE RHÔNE

3 BPF bien groupés, en 70 km, vont me permettre d’en terminer avec le département du Rhône et ainsi, avec le département voisin de la Loire déjà complet, gagner une nouvelle province : le Lyonnais. Le seul bémol, en ce mois d’octobre, c’est qu’il ne fait que 6°C. J’opte pour une veste d’hiver. Je me doute bien que la température extérieure va s’élever progressivement et la mienne avec, peut-être même plus rapidement que prévu, à la vue de cette route qui monte à l’assaut d’une colline. À Theizé, j’hésite à un croisement, ne trouvant pas la direction d’Oingt. La personne qui me renseigne me souhaite bon courage. Il y a des expressions qui laissent peu de place au doute. Pour moi, bon courage signifie ça va monter. Effectivement, dès la sortie du village, la route s’élève en faux-plat, sans discontinuer jusqu’à Oingt. J’adopte le rythme de croisière qui convient et savoure ce paysage qui s’étale, de vallons en collines, dans une palette de couleurs chaudes où le vert subsiste encore sur le bord de la route tandis que les vignes se teintent de rouge, d’orange, de jaune. Et la chaleur que j’espérais me submerge maintenant. Arrivé à Oingt, je troque ma veste d’hiver contre un coupe-vent et je reviens aux gants d’été beaucoup plus tactiles. Première pause, premier tampon et première visite.
  Oingt, BPF du Rhône, au pays de Pierres Dorées.

Oingt, le seul village labellisé parmi « les plus beaux villages de France » du département du Rhône est perché sur une colline. Au fil d’une balade dans ses ruelles aux noms évocateurs, je découvre des maisons toutes bâties avec la même pierre ocre qui lui donne cette unité entre pierre et couleur. Nous sommes au coeur des villages des Pierres Dorées. Une tour donjon domine l’ancienne forteresse du Moyen-âge. Je grimpe le long escalier qui conduit à l’église. Avant d’y pénétrer, je m’arrête sur le perron pour profiter du panorama qui s’étale sur le vignoble des monts du Beaujolais et des monts du Lyonnais. La vallée d’Azergues s’ouvre largement en-dessous, j’y plongerai tout à l’heure.

 

Des ruelles aux noms évocateurs.

 

Par une descente qui me frigorifie, je rejoins la vallée de l’Azergues. La route est large, bien lisse et une bande cyclable me permet de rouler en toute tranquillité. C’est l’occasion de tirer un peu de braquet, considérant cet intermède comme la portion sportive de l’étape, non pas que l’intérêt soit moindre, il défile plus vite simplement, mais je sais que la partie de sautemoutons va suivre à travers ces monts du Beaujolais. Une dizaine de kilomètres à bonne vitesse et me voilà déjà à Chambost-Allières au pied d’une côte. La partition change aussitôt de tempo. Les lunettes rejoignent une poche du maillot, le coupe-vent une autre et l’ascension se déroule dans un bien-être étonnant. Parler de bien-être dans ces conditions peut paraître présomptueux et pourtant c’est bien vrai. Les raisons sont multiples, le bon rythme est trouvé, celui qui se veut mécanique et suffisamment naturel pour faire oublier que la route s’élève. Alors les pensées peuvent vagabonder et dans ce cas, elles sont positives et comme évidentes. C’est la prise de conscience de l’instant, de la chance à être en bonne santé, de réaliser un projet, de profiter d’une météo complice, de jouir d’un automne qui allume la campagne de tableaux merveilleux. Si ça ce n’est pas le bonheur, ça y ressemble, pour ma part j’en suis convaincu.
Vignoble d’automne, en descendant sur
Vaux-en-Beaujolais – BPF du Rhône.

Je me fixe le sommet de cette bosse à St-Cyr-le-Chatoux, mais un croisement juste avant le village siffle la fin de la montée. Mon prochain objectif, Vaux-en-Beaujolais, devient dès lors une proche réalité. Je n’ai qu’à me laisser glisser sur la pente descendante, retrouvant une fraîcheur de saison à l’ombre de la forêt qui coiffe ce mont. La forêt devient vite un souvenir quand apparaissent les vignes qui couvrent les coteaux. La vue des parcelles aux feuilles flamboyantes est une véritable peinture dont la palette aurait pu inspirer Matisse ou quelque peintre du fauvisme. À défaut de chevalet, je pose mon vélo et capte le tableau avec mon portable.

Déjà midi sonné et le programme se déroule suivant mes prévisions. Quelques arrêts pour quelques photos en profitant d’une descente sur Vaux-en-Beaujolais et me voici aux portes de ce village dont le nom possède le sous-titre de Clochemerle. En effet, ce nom, versé maintenant dans le langage commun, est le titre du livre de Gabriel Chevallier qui conta avec beaucoup d’humour les querelles burlesques des habitants de ce village autour du projet du maire, la construction d’un édifice public : un urinoir. Des pissotières rectifia l’instituteur, et l’oeuvre fut bâtie devant l’église au grand dam du curé Ponosse et de la vieille fille Putet qui va faire envenimer les choses. Tous ces personnages cocasses dessinés par Dubout ornent les murs, les façades du village, et lui donnent une touche guillerette et humoristique qui ne saurait faire oublier le panorama sur la vallée, depuis la place où trônent les pissotières.

Nous nous restaurons à l’Echanson après avoir laissé nos coordonnées à l’entrée de l’établissement, mesures sanitaires obligent. À Clochemerle, les querelles prêtent à sourire. Je n’ai vu ni le maire, ni le curé, ni le notaire ou le pharmacien pour obtenir le cachet que l’aubergiste n’avait pas. J’ai dû pointer mon BPF à la cave de Clochemerle, finalement le seul tampon disponible à cette heure-là et à l’ouverture du caveau, ce qui m’a permis de compléter le souvenir lié à ce BPF par une bouteille de ce terroir du Beaujolais et par le livre de Gabriel Chevallier.

La fanfare des pompiers.

Clochemerle, ou la zizanie à tous les étages ! Les pissotières devant la cave de Clochemerle.

 

Vaux-en-Beaujolais est un village haut perché au milieu du vignoble et, de la place, on domine une large vallée qui s’étale vers Villefranche-sur-Saône et plus loin vers Belleville où nous dormirons ce soir. La perspective de me laisser glisser vers la vallée pour rallier Beaujeu, mon ultime BPF du Rhône, ne m’enchante pas. J’ai peur de retrouver des zones plus plates, plus fades et plus fréquentées. À cette option, je préfère l’intimité des petites routes des monts du Beaujolais. Alors je décide de remonter le col de la Croix de Montmain pour descendre ensuite sur Lamure-sur-Azergues puis rejoindre Beaujeu par la D129, en franchissant un autre col, celui de la Casse-Froide. Tel est mon plan pour l’après-midi, sous le signe du soleil.
Le soleil est intérieur dans ces conditions et j’ai comme une impression de revanche sur un printemps volé et confiné. Le coupe-vent rejoint une poche arrière de mon maillot et le petit air qui m’accompagne m’enveloppe d’une douceur épicurienne. Je suis bien. Comment ne pas l’être quand tout y contribue, de l’instant présent qui annihile toute pensée négative, de la sensation de renouer avec l’esprit d’une jeunesse éloignée par un corps qui travaille tout en douceur et en efficacité, par ce calme qui préside au spectacle automnal nourri de chaleur, par ses couleurs flamboyantes, par le gazouillis d’un oiseau tout petit s’octroyant l’immensité du silence, par la forêt vivante et mystérieuse aux sous-bois feutrés, par cette route vagabonde aux virages aveugles qui soudain offre une déchirure sur la vallée plus bas et m’inspire un sentiment d’élévation spirituel aussi.

À ce jeu, le temps lui aussi avance sur le petit braquet et l’envie de le retenir est grand, d’autant qu’il va bientôt s’inverser dans la fraîcheur grisante d’une descente. Au passage au col de la Casse-Froide, je regarde un instant les mouvements synchrones d’un tracteur et d’une moissonneuse récoltant le maïs, un travail de précision traduit par la parabole des grains tombant dans la benne du tracteur comme le ballon du basketteur s’introduit dans le cercle du panier. La roue libre est le meilleur allié de la pensée contemplative et j’en use en me laissant glisser vers St-Didier-sur-Beaujeu. Le panneau de cette localité m’indique déjà la fin du périple, Beaujeu n’est pas loin et forcément plus bas. Encore cinq kilomètres pour atteindre celle qui est la capitale historique du Beaujolais auquel elle a donné son nom. Au coeur de l’appellation Beaujolais-Villages, c’est bizarrement Guignol qui m’accueille à l’entrée de la ville. Est-il en villégiature à quelques kilomètres de Lyon où il est né ?

C’est à l’Office de Tourisme que je boucle la province du Lyonnais avec un dernier tampon que me délivre une gentille jeune fille à qui nous achetons miel et macarons produits localement. Il nous reste à relier Belleville où l’hôtel est retenu. Ce soir la pluie a refait son apparition, étonnant après cette journée printanière. Y aurait-il un saint protecteur féru de cyclotourisme qui me protège ? Il est vrai qu’aujourd’hui, 19 octobre, St-René m’a bien épaulé pour faire d’un lundi ordinaire un jour particulier, une bonne cuvée BPF, bien ronde et charpentée, avec un bon dénivelé, gorgée de soleil, aromatique, au parfum de sous-bois, un mois jour pour jour avant la sortie du Beaujolais nouveau. Ce soir j’en bois un verre de la précédente cuvée au goût de fruits rouges, un peu acide à mon goût. Au réveil du lendemain, je sais que ma moisson 2020 est terminée. 10 BPF pour cette année particulière. C’est déjà bien et presque inespéré. Et pour conclure ce dernier voyage, avant de regagner Tain-l’Hermitage ce soir, c’est vers un des tout premiers BPF pointé en 1982 que nous nous dirigeons : Pérouges. La matinée est mise à profit pour flâner sur les bords de la Saône à Montmerle-sur-Saône, pour sillonner les étangs de la Dombes, pour photographier les oiseaux sur l’Etang Chapelier, pour nous pénétrer de cette atmosphère singulière où l’eau a façonné, par la volonté des moines, une mosaïque d’étangs donnant à ce paysage un côté sauvage qu’un Raboliot solognot ne renierait pas. Pérouges et sa cité médiévale restera le point final de cette aventure aux 534 facettes.

Un Guignol vigneron à l’entrée de Beaujeu.

 

Pérouges BPF de l’AIN.

Texte et photos : René BALDELLON – CC Vias.

 

VOS MESSAGES

Quelques anecdotes concernant ces pointages des Hautes Pyrénées et du Morbihan.

Comme d’habitude maintenant depuis plusieurs années, et malheureusement dirais-je, lorsque nous cyclons un dimanche, il devient de plus en plus difficile de trouver un établissement ouvert dans plusieurs BPF, d’où l’obligation de faire une photo. En ce qui me concerne ce fut le cas en 2020 pour Réchésy et Cravanche en Territoire de Belfort et cette année pour St Sever-de-Rustan dans les Hautes-Pyrénées (le seul bistrot restaurant était fermé le dimanche ainsi que la mairie). J’avais noté en 1980 que le col du Tourmalet était toujours aussi dur de n’importe quel côté. Pour l’avoir remonté cette année versant la Mongie je confirme ce que j’avais écrit voici 41 ans.

Le col du Tourmalet, BPF 65, côté La Mongie © J.L ROUGIER.

La montée du lac d’Orédon n’est également pas facile mais c’est superbe en arrivant au lac. Nous avons poursuivi vers les lacs d’Aubert et Aumar et ce sont des paysages splendides d’autant plus qu’à partir du lac d’Orédon il n’y a plus de voitures. Idem pour la montée du Pont d’Espagne splendide avec toutes les cascades bordant la route.
Josselin possède un superbe château.

Jean-Jacques PECH – ATSCAF Rhône.

 

JEU BPF : C’EST OÙ ?

Les 10 photos ci-dessous sont particulièrement représentatives de 10 sites BPF. Saurez-vous retrouver lesquels ? Vous pouvez envoyer vos réponses à bpf@ffvelo.fr, la liste des heureux lauréats paraîtra dans le prochain numéro de la Gazette du BCN-BPF.

Photo N° 1 : facile, ce petit monument est particulièrement caractéristique de ce site BPF.

Photo N° 2 : très facile aussi.
Un site unique.

 

 

Photo N° 3 : facile toujours. Un château médiéval domine
ce site BPF
.

 

Photo N° 4 : l’architecture typique de ces habitations devrait vous aider à situer
ce site BPF.

Photo N° 5 : le bâtiment emblématique de ce site BPF.

 

 

         

Photo N° 6 : un site
vraiment très connu.
.

 

 

 

 

Photo N° 7 : une hall au centre
de ce BPF.

 

 

 

 

Photo N° 8 : un lac, une digue surmontée d’un bâtiment
original caractérisent ce site BPF
.

 

 

 

Photo N° 9 : une façade ornée
de sculptures originales sur une maison au centre de ce BPF
.

 

 

 

Photo N° 10 : cette œuvre d’art est située devant une porte de cette petite cité fortifiée.

 

 

 

 

RETROUVEZ LA RUBRIQUE BPF DANS LA REVUE FÉDÉRALE

Mais aussi : L’actualité de la Fédé, la vie des clubs.

Des conseils sport-santé, et technique.

Des récits, des voyages, proches ou lointains.

Des suggestions de séjours ou de randonnées.

Abonnement : 25 € par an, pour parcourir une année entière de Cyclotourisme !

Renseignements au 01 56 20 88 82 ou sur www.ffvelo.fr

 

LE COIN DU POÈTE

Philippe Soriano

Au hasard des routes et de saisons, Philippe nous livre ici des instantanés pris avec l’émotion du moment.

     
     
     

 

 

 

LES BONS MOMENTS DU BPF

Pour qui sait ouvrir l’oeil, tout en ayant un appareil photo à portée de main, nombreuses sont les occasions d’immortaliser l’instant, et d’engranger un détail pittoresque dans l’armoire aux souvenirs.

Le Net regorge aussi d’opportunités.

N’hésitez-pas à faire parvenir vos clichés à bpf@ffvelo.fr.

Des initiales illustres © R. BALDELLON.

 

Sur les routes de Michel Jonquet (G.C. NÎMOIS)

 

© G. PLIQUET

© M. BRAVO

 

À Coutras (33) © J.L ROUGIER.

Ste-Marie-de-Campan (65) Nadaillac (24) © J.L ROUGIER.

 

La Gazette du Brevet des Provinces Françaises est adressée uniquement par mail aux membres du Comité Directeur, aux Présidents de CoRegs et de CoDeps, aux participants au BPF, et à ceux qui m’ont confié leur adresse mail. Elle sera adressée gratuitement à tous ceux qui en feront la demande. Re-lecture et corrections, Martine Cano. Conception, mise en page et réalisation : Jean-Louis Rougier, avec la collaboration amicale des cyclo-rédacteurs et des cyclos-photographes, et de Jean-Marc Lefèvre pour la partie BCN. 

Une version des numéros 1 à 22 de la Gazette est téléchargeable sur le site ffct.org, en cliquant sur la rubrique « Les plus beaux sites de France (BPF) » La carte de France interactive de la photothèque des sites BPF apparaît alors, et sur la ligne du dessous, vous cliquez à droite sur  » Les Gazettes du BPF  » et là, vous pouvez les télécharger. Rendez-vous fin 2022 pour la prochaine gazette N° 24.

Pour joindre le délégué fédéral au BPF, une seule adresse : bpf@ffvelo.fr

St-Vaast-la-Hougue, BPF 50 – © M. CANO.

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.