Présentation des familles de handicap

Voici les  principales déficiences, avec les situations de handicap et les besoins spécifiques qui y sont liés.  

Les personnes en situation de handicap moteur

Exemples de déficiences motrices :

  • paraplégie : paralysie motrice et/ou sensitive des membres inférieurs,
      •  
  • tétraplégie : paralysie motrice et/ou sensitive des 4 membres,
      •  
  • hémiplégie : paralysie motrice et/ou sensitive de la moitié du corps dans le sens vertical, mobilité réduite nécessitant l’usage d’une canne ou de béquilles.

Mais aussi une amputation, une agénésie, une infirmité motrice cérébrale, une petite taille, une forte corpulence, etc.

 

Exemples de situation de handicap :

  • impossibilité ou difficulté de circulation, d’atteinte ou d’usage.

 

Exemples de besoins spécifiques :

Pour les personnes en fauteuil roulant

Pour se repérer, s’informer

La position « assise » nécessite d’installer les informations à hauteur raisonnable et/ou d’utiliser une taille de police suffisamment grande

Pour circuler, se reposer

L’usage du fauteuil roulant nécessite un revêtement de sol non meuble, sans trous, des circulations suffisamment larges, des espaces pour manœuvrer et faire demi-tour, des moyens pour contourner les escaliers (plan incliné, ascenseur)

Pour utiliser les équipements

La position « assise » et le gabarit du fauteuil nécessitent d’installer les équipements à hauteur raisonnable et éloignés des angles rentrants de parois (interrupteurs, prises électriques, poignées, patères, interphones, etc.) ; le besoin de transfert doit être facilité par la présence d’espace au droit de l’équipement et de barres murales (sanitaires, douches)

Pour communiquer, participer

La position « assise » nécessite d’avoir des guichets d’accueil bas ; le gabarit du fauteuil roulant nécessite d’avoir des espaces libres dans les enceintes sportives, salles de conférences, etc.

Pour se sentir en sécurité

En étage, la non-utilisation des ascenseurs en cas d’incendie nécessite la présence d’un espace d’attente sécurisé pour les personnes en fauteuil roulant

Pour les personnes mal marchantes

Pour circuler, se reposer

Les difficultés pour marcher et la fatigabilité nécessitent d’avoir des mains courantes lors de dénivelés et d’escaliers, et du mobilier de repos jalonnant le parcours (avec des caractéristiques permettant l’aide au relevage)

Pour utiliser les équipements

Par exemple, dans le cas de buffet, l’usage d’une canne ou de béquilles nécessitent une aide humaine pour porter le plateau

Pour les personnes de petites tailles

Pour se repérer, s’informer

La petite taille nécessite d’installer les informations à hauteur raisonnable et/ou d’utiliser une taille de police suffisamment grande

Pour circuler, se reposer

La petite taille nécessite une hauteur de marche d’escalier raisonnable

Pour utiliser les équipements

La petite taille nécessite d’installer les équipements à hauteurs raisonnable (interrupteurs, prises électriques, poignées, patères, interphones, etc.) ou de mettre à disposition un marchepied

Pour communiquer, participer

La petite taille nécessite d’avoir des guichets d’accueil bas et d’avoir des rehausseurs de siège pour les restaurants ou les salles de spectacles

Pour les personnes ayant des problèmes de préhension

Pour utiliser les équipements

Certaines maladies entraînant des pertes de force motrice nécessitent d’avoir de objets préhensiles, faciles à actionner (poignées de porte, robinetterie, etc.)

 

Les personnes en situation de handicap visuel

Exemples de déficiences motrices :

  • troubles visuels dus à une atteinte de l’œil comme la myopie, l’astigmatisme, le daltonisme, etc. souvent corrigeables (personne malvoyante),
      •  
  • troubles visuels dus à une atteinte du système cérébral comme le strabisme plus difficilement ou non corrigeables (personnes malvoyante),
      •  
  • la cécité complète (personne non-voyante ou personne aveugle).

 

Exemples de situation de handicap :

  • impossibilité ou difficulté d’accès à l’information visuelle, de circulation, d’atteinte et d’usage.

 

Exemples de besoins spécifiques :

Pour les personnes non voyantes

Pour se repérer, s’informer

La cécité nécessite de doubler l’information visuelle d’une information sonore et/ou tactile

Pour circuler, se reposer

La cécité nécessite d’avoir des repères tactiles de guidage au sol et/ou sonore dans les espaces très vastes

Pour utiliser les équipements

La cécité nécessite d’avoir des équipements vocalisés (pour des ordinateurs mis à disposition par exemple)

Pour communiquer, participer

La cécité nécessite de doubler l’image par du son, par exemple, mettre à disposition un casque d’audio-description pour une animation, proposer une aide humaine dans le cas de buffet pour la description des plats proposés, etc.

Pour se sentir en sécurité

La cécité nécessite d’être prévenu des dangers comme la présence d’un escalier (bande podotactile au sol par exemple pour annoncer la proximité de la première marche descendante) et impose d’éliminer tous les obstacles en saillie ou suspendus présentant des risques de choc au niveau du corps

Pour les personnes malvoyantes

Pour se repérer, s’informer

La malvoyance nécessite l’utilisation d’une signalétique visible (taille police et contraste couleurs) et lisible (choix d’une police linéale) et de pouvoir s’approcher des supports

Pour circuler, se reposer

La malvoyance nécessite d’avoir un éclairage naturel et artificiel renforcé mais non éblouissant permettant un bon repérage dans l’espace

Pour utiliser les équipements

La malvoyance nécessite d’avoir des équipements bien visibles, contrastés par rapport à leur environnement, pour en faciliter leur atteinte (interrupteurs, prises électriques, poignées, interphones, etc.)

Pour communiquer, participer

La malvoyance nécessite d’avoir un éclairage renforcé au droit de la banque d’accueil pour bien distinguer son interlocuteur

Pour se sentir en sécurité

La malvoyance nécessite un repérage renforcé des dangers comme les escaliers (nez de marches contrastés) ou les parois vitrées

 

Les personnes en situation de handicap auditif

Exemples de déficiences auditives :

  • la déficience auditive recouvre des réalités bien différentes pour chaque personne. Une perte d’audition liée au vieillissement et une surdité profonde de naissance sont par exemple très différentes,
      •  
  • déficience auditive légère : perte de 20 à 40 dB,
      •  
  • la parole est perçue à voix normale mais pas à voix chuchotée, ou dans un environnement sonore parasitée,
      •  
  • déficience auditive moyenne : perte de 40 à 70 dB. La parole est perçue si on élève la voix, de près (lecture sur les lèvres, appareillage recommandé),
      •  
  • déficience auditive sévère : perte de 70 à 90 dB. Seule la voix forte est perçue, près de l’oreille (appareillage indispensable),
      •  
  • déficience auditive profonde : perte > à 90 dB. Absence de perception des sons, ou insuffisance pour les distinguer (appareillage insuffisant, langue des signes, lecture labiale, écrit).

 

Exemples de situation de handicap :

  • impossibilité ou difficulté d’accès à l’information sonore, difficulté de circulation.

 

Exemples de besoins spécifiques :

Pour les personnes sourdes

Pour se repérer, s’informer

La surdité nécessite de doubler toute l’information qui ne serait que sonore par de l’information visuelle (langue des signes française, lecture labiale, écriture sur un carnet, surtitrage sur un écran…). Un bon éclairage est donc requis

Pour circuler, se reposer

La surdité nécessite d’avoir un champs visuel dégagé pour voir les voitures, les personnes arriver, faute de pouvoir les entendre

Pour utiliser les équipements

La surdité nécessite que certains équipements dont l’utilisation est uniquement basée sur la parole soient complétés par une interface permettant l’usage de la vision (téléphone complété d’un site Internet sur lequel il est possible de réserver, interphone remplacé par un visiophone)

Pour communiquer, participer

La surdité nécessite de doubler le son par l’image (langue des signes française, lecture labiale, écriture sur un carnet, surtitrage sur un écran, etc.)

Pour se sentir en sécurité

Le système sonore d’alarme incendie doit être couplé à un système de diffuseurs lumineux dans tous les endroits où une personne sourde peut se trouver seule (sanitaires, chambres, vestiaires, etc.)

Pour les personnes malentendantes

Pour se repérer, s’informer

La malentendance nécessite d’avoir des espaces communs bien insonorisés avec peu de résonance. Également, l’écoute des personnes malentendantes équipées d’appareils auditifs avec commutateur peut être améliorée par l’installation de boucle magnétique couplée à un système sonorisé (à la banque d’accueil, dans une salle de réunion ou de conférence, etc.)

 

Les personnes en situation de handicap mental ou psychique

Exemples de déficiences auditives :

  • déficience intellectuelle : affections génétiques, congénitales, périnatales, traumatismes, infections, accidents circulatoires, etc. entraînant des troubles relationnels et de l’adaptation sociale, se rapportant aux grandes fonctions de l’esprit,
      •  
  • l’autisme (communication et interactions sociales perturbées),
      •  
  • la trisomie 21 (anomalie chromosomique entraînant une malformation physique, un trouble du métabolisme et un développement intellectuel retardé)
      •  
  • le X fragile (inactivation d’un gène entraînant une hyperactivité, des troubles de l’attention, des sauts d’humeur, de l’anxiété, mais aussi une excellente mémoire, une grande capacité d’imitation, une grande empathie).

 

Exemples de troubles psychiques :

  • déficience psychique : troubles cognitifs d’origine neurologique entraînant des troubles du comportement et du jugement, et des difficultés à s’adapter à la vie en société. Ils peuvent apparaître à n’importe quel âge, être durables ou épisodiques, et les capacités intellectuelles ne sont pas systématiquement affectées,
      •  
  • l’hystérie (excès émotionnels incontrôlables),
      •  
  • la psychose (perte de contact avec la réalité, troubles de la personnalité, de la pensée, pouvant être accompagnés d’hallucinations, d’illusions),
      •  
  • la schizophrénie (difficulté à partager une interprétation du réel avec les autres, comportements étranges, délirants, parfois des hallucinations auditives de voix imaginaires qui guident les actes de la personne).

 

Exemples de situation de handicap :

Impossibilité ou difficulté de communication, de compréhension, de relationnel, d’adaptation sociale.

 

Exemples de besoins spécifiques :

Pour les personnes en situation de handicap mental

Pour utiliser les équipements

Certaines maladies mentales nécessitent d’avoir des espaces simples à comprendre, une entrée visible depuis l’accueil (pour faciliter la surveillance, surtout si l’équipement donne sur une route très passagère)

Pour communiquer, participer

Certaines maladies mentales nécessitent un accueil humain avec des attentions spécifiques (calme et patience) et un environnement non anxiogène (peu bruyant, avec un éclairage sans effet stroboscopique, etc.)

Pour se sentir en sécurité

Comme pour le repérage et l’orientation, certaines maladies mentales nécessitent d’avoir un système d’évacuation simple à comprendre

Pour les personnes avec un trouble psychique

Pour communiquer, participer

Certaines maladies psychiques nécessitent un accueil humain avec des attentions spécifiques (calme et patience) et un environnement non anxiogène (peu bruyant, avec un éclairage sans effet stroboscopique, etc.)
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.